•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les avocats de Calgary se battent toujours pour l’aide juridique

Les symboles de la justice : le marteau et la balance.
Selon les avocats, il manque 60 millions de dollars au budget de l'aide juridique. Photo: iStock / iStock / Cristian Baitg
Radio-Canada

L'Association des avocats criminalistes de Calgary interpelle les Albertains sur l'aide juridique dont ils jugent la situation alarmante. Trois semaines après avoir écrit à la ministre de la Justice, Kathleen Ganley, les avocats renouvellent leurs actions pour sauver le service.

Ils affirment ne pas céder tant qu’ils n’auront pas eu gain de cause, à savoir une rallonge de 60 millions de dollars pour l’aide juridique.

Dans une nouvelle lettre ouverte, cette fois-ci à destination des Albertains, le président de l’Association des avocats criminalistes, Ian Savage, explique l’importance de l’aide juridique, espérant que le service ne soit plus « l’enfant abandonné » du système judiciaire.

Ian Savage parle aux journalistes. Le président de l'Association des avocats criminalistes de l'Alberta, Ian Savage, a écrit une lettre à la ministre de la Justice de l'Alberta, le 16 avril. Photo : Radio-Canada

Budget en hausse

La ministre de la Justice, Kathleen Ganley, a plusieurs fois rappelé que le budget avait déjà été augmenté de 40 % depuis le début du mandat des néo-démocrates.

« C'est trop insuffisant », déclarent les avocats de l’Association. « Pour cette même période de temps, les demandes pour l’aide juridique ont, elles, augmenté de 70 %. »

Ce n’est pas qu’on veuille plus d’argent, c’est qu’il n’y a même pas assez d’argent dans le système, tel qu’il est aujourd’hui.

Kim Arial, avocate

Le budget actuel alloué à l'aide juridique est de 89 millions de dollars. En demandant 60 millions de dollars supplémentaires, les avocats criminalistes voudraient atteindre 150 millions. Une somme nécessaire, selon eux, pour simplement faire fonctionner le système correctement.

Prochaine étape?

Les juristes continuent leur travail habituel, à quelques différences près. À titre d'exemple, ils refusent les délais imposés par les tribunaux, n'acceptant de plaider qu'une fois prêts. Un détail, somme toute anodin, qui a pourtant son importance dans les traitements des dossiers à la Cour.

un marteau de juge est posé sur une grosse pile de dossiers.L'Association des avocats criminalistes de Calgary dénonce la trop faible augmentation budgétaire, alors que les dossiers pour l'aide juridique se multiplient Photo : iStock

L'Association des avocats criminalistes de Calgary a encore plusieurs plans d'action pour se faire entendre par le gouvernement provincial... Avant de penser à une radicalisation du mouvement, sous forme de grève, comme cela avait été le cas pour les juristes de l'État québécois, en 2016.

Alberta

Procès et poursuites