•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calmer son anxiété avec la zoothérapie au Collège Saint-Alexandre à Gatineau

Deux élèves dans une classe avec un chien brun.

Moins d’anxiété pour des élèves du collège Saint-Alexandre à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La zoothérapie – ou la thérapie par la proximité d'un animal domestique – est de plus en plus utilisée dans le milieu de l'éducation. À Gatineau, les élèves du Collège Saint-Alexandre qui souffrent d'anxiété peuvent maintenant compter sur un chien pour les aider à passer à travers la période des examens de fin d'année.

Bouki, un labrador de 11 ans, n'est pas une chienne comme les autres, puisqu'elle est spécialement entraînée pour aider à calmer les jeunes. Ce sont des élèves du Collège qui sont derrière ce projet de zoothérapie.

« On avait plein d'idées, on avait reçu des idées des élèves et nous aussi on avait des idées. Et l'idée du chien est ressortie et on s'est dit que ça pouvait être une bonne idée pour mettre une atmosphère à l'école et détendre les élèves », explique Ingrid Cloutier Robertson, élève membre du comité Innovations de l'établissement.

On a eu des réactions un peu intenses, les élèves étaient vraiment contents. C'était beaucoup du positif.

Jérémie Trudel, élève membre du comité Innovations

Le Collège Saint-Alexandre n'est pas le seul établissement de la région à avoir recours à la zoothérapie. Des chiens viennent en aide aux étudiants de tous les niveaux, du primaire jusqu'à l'université.

Bouki, qui est en service depuis 2015, a aidé des jeunes dans des écoles d'Ottawa et les résultats ont été très concluants.

« Elle amène une étincelle de bonne humeur et pour le moment que l'élève interagit avec le chien, que ce soit en se croisant dans le corridor ou sur l'heure du dîner sur le terrain du collège, ce moment-là est fixé sur la zoothérapie », explique Stacy Morin, enseignante au Collège Saint-Alexandre et maître chien.

On baisse la tension artérielle, on baisse le rythme cardiaque. Ça fait du bien à tout le monde.

Stacy Morin, enseignante au Collège Saint-Alexandre et maître chien

Le projet est bénéfique tant pour les élèves anxieux que pour ceux qui sont derrière l'initiative.

L'intervenant psychosocial répond aux questions du journaliste.

« À partir du projet pilote, nous allons faire des recommandations pour l'année prochaine », affirme Robert Parisien

Photo : Radio-Canada

« Les élèves sont intéressés de parler au chien de le caresser et déjà, ça apporte une dimension plus ludique à l'école », affirme Robert Parisien, intervenant psychosocial au deuxième cycle au Collège Saint-Alexandre.

Je suis content, parce que les élèves essaient quelque chose et que ça marche. Les élèves vont dire souvent : "On ne voit pas le résultat sur ce qu'on a travaillé". Alors cette année, ils le voient avec le projet pilote.

Robert Parisien, intervenant psychosocial

La zoothérapie n'est qu'à l'essai pour l'instant au Collège Saint-Alexandre, mais les élèves et le personnel espèrent déjà que Bouki sera de retour l'an prochain.

Avec les informations de Dominique Degré

Ottawa-Gatineau

Éducation