•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de chercheurs canadiens à Regina au 87e Congrès des sciences humaines

Le campus principal de l'Université de Regina

Le campus principal de l'Université de Regina

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

L'Université de Regina recevra des milliers de chercheurs canadiens du 26 mai au 1er juin 2018 à l'occasion du 87e Congrès des sciences humaines. Le thème sera cette année « Diversités convergentes ».

Des universitaires, des chercheurs, des responsables de politiques et des praticiens sont invités par la Fédération des sciences humaines du Canada à échanger leurs connaissances pour discuter du Canada de demain.

Pour directeur général de la Fédération des sciences humaines, Gabriel Miller, il était important d’organiser le Congrès en Saskatchewan « pour montrer à des universitaires de partout au Canada ce qu’il se passe [dans la province] et à Regina. »

Gabriel Miller, dans les studios de radio d'ICI Saskatchewan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur de la Fédération des sciences humaines du Canada, Gabriel Miller, était au micro de l'émission Pour faire un monde mardi.

Photo : Radio-Canada

La Fédération des sciences humaines regroupe 160 institutions : 80 universités et 80 sociétés savantes canadiennes telles que la Société canadienne d'histoire et de philosophie des sciences et la Société canadienne des humanités numériques.

Chaque société savante organise sa propre conférence inspirée du thème du congrès.

Un Congrès axé sur la diversité

Les conférences aborderont des matières très diverses, telles que les sciences politiques, la géographie, le théâtre, la littérature, l’éducation, l’histoire, la sociologie et la communication.

On voulait souligner le fait que Regina et la Saskatchewan sont des places où il y a un rassemblement de différents peuples, de différentes cultures.

André Magnan, responsable universitaire au Congrès et professeur de sociologie à l’Université de Regina

Le congrès s’adresse aussi un public non spécialiste, notamment à travers la série de conférences Voir grand. Pour la première fois dans l’histoire du Congrès, cette série est présentée par des chercheuses femmes uniquement cette année.

André Magnan dans les studios de radio d'ICI SaskatchewanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Magnan, responsable universitaire au Congrès et professeur de sociologie à l’Université de Regina, était en entrevue avec Doris Labrie pour l'émission Pour faire un monde mardi.

Photo : Radio-Canada

Les conférences de la série Voir grand seront disponibles en webdiffusion sur le site internet du Congrès des sciences humaines.

Les présentations des chercheurs seront entrecoupées de plusieurs spectacles. La chanteuse crie Buffy Sainte-Marie, entre autres, donnera un concert le 28 mai au Centre Riddell.

Un effort de bilinguisme

« Un grand nombre des sociétés savantes ont un mandat bilingue et plusieurs d’entre elles sont surtout francophones », indique André Magnan.

En tout, le congrès compte cinq évènements uniquement francophones, dont deux qui sont présentés par l’Université de Regina.

Une table ronde intitulée « Réalités interculturelles en Saskatchewan », le 28 mai, donnera la parole à Emmanuel Aïto, directeur de la Cité universitaire francophone, à Francis Kasongo, directeur général du Collège Mathieu et à Marie Galophe, coordonnatrice du Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan.

La pièce La Trahison, du dramaturge fransaskois Laurier Gareau, sera présentée par le Théâtre Oksana et sera suivie d’une discussion avec l’auteur.

De plus, 19 évènements du congrès sont listés comme étant bilingues sur le programme.

Saskatchewan

Recherche