•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Au moins 1500 infirmières gagnent plus de 100 000 $ par année au Québec

    Les explications de Davide Gentile

    Près de 1500 infirmiers et infirmières gagnent plus de 100 000 $ par année au Québec, dans les établissements qui nous ont révélé leurs résultats. Plusieurs peuvent doubler, voire tripler leur salaire avec les heures supplémentaires. La Fédération interprofessionnelle de la santé y voit le signe d'une gestion déficiente. D'autres craignent les conséquences des heures supplémentaires sur la qualité du travail et la sécurité des patients.

    Un texte de Davide Gentile

    Les infirmiers et infirmières sont de plus en plus nombreux à franchir le cap des 100 000 $ de revenu annuel. Ces employés représentaient 1,9 % des infirmières des 15 établissements qui nous ont fourni leurs données pour 2015-2016. Cette proportion grimpe à 3,3 % en 2017-2018 pour les 24 établissements qui ont répondu.

    Nous avons dénombré, pour la dernière année, 15 infirmières qui ont gagné plus de 200 000 $.

    Plusieurs gros centres hospitaliers du réseau, qui compte 34 établissements, ne nous ont pas donné leurs chiffres, comme le CIUSSS de l'Ouest-de-l’île-de-Montréal.

    Les heures supplémentaires représentent une proportion importante de la rémunération des plus gros salariés. C'est le cas d'une infirmière clinicienne de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal qui domine notre palmarès avec une rémunération totale de 314 217 $. Elle a reçu 199 000 $ pour des heures supplémentaires et une prime indéterminée.

    Plusieurs réussissent ainsi à tripler leur salaire de base. Un infirmier du CISSS de Laval a par exemple été payé 190 000 $ en 2017, avec un salaire de base de 62 000 $. Il a donc cumulé 99 000 $ en heures supplémentaires et 29 000 $ en primes.

    Quand quelqu'un fait autant en temps supplémentaire qu'en temps régulier, il y a risque d'épuisement.

    Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades

    Selon M. Brunet, il est clair qu'au-delà d'un certain seuil, « il y a augmentation du risque d'erreur ».

    Des centaines d'infirmiers et d'infirmières vont chercher des montants allant de 10 000 $ à 60 000 $ en heures supplémentaires.

    Dans certains établissements, plus de 5 % des effectifs infirmiers touchent plus de 100 000 $ par année. Dans le Bas-Saint-Laurent, 104 infirmiers et infirmières ont un salaire dans les six chiffres, ce qui représente 6,3 % des employés. À l'Institut de cardiologie de Montréal, c'est 9 %. Au CISSS des Îles-de-la-Madeleine, c'est 20 %.

    Le plus important syndicat d'infirmiers et d'infirmières parle de mauvaise planification. « On comble toujours à la dernière minute, une semaine à l'avance », dit Jérôme Rousseau, vice-président aux pratiques professionnelles de la Fédération interprofessionnelle de la santé, pour qui la solution passe par la création de plus de postes.

    « Augmenter les postes à temps complet pour planifier à long terme. On n'aurait pas à combler à la dernière minute par du temps supplémentaire », explique-t-il.

    Le gouvernement québécois et les syndicats sont actuellement en pourparlers sur la question du ratio infirmière-patients. Une réduction du nombre de patients par infirmière pourrait déboucher sur l'embauche d'infirmières.

    Au sommet de l'échelle salariale, une infirmière clinicienne, diplômée universitaire, peut gagner environ 88 000 $ par année, tandis qu'une infirmière auxiliaire, qui détient un cours de niveau secondaire professionnel, voit son salaire annuel plafonner à environ 58 000 $.

    Soins et traitements

    Santé