•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discrimination : des Afro-Néo-Écossais trouvent la Municipalité d'Halifax lente à réagir

Manifestants et leurs pancartes.

Des manifestants près de l'hôtel de ville d'Halifax le 8 mai 2018.

Photo : CBC / Steven Berry

Radio-Canada

Des Afro-Néo-Écossais trouvent que la Municipalité régionale d'Halifax tarde à réagir de façon concrète à un rapport sur la discrimination et le racisme au travail, et ont manifesté mardi pour demander des changements.

Les manifestants se sont rassemblés au Grand Parade, près de l’hôtel de ville.

« La discrimination et le racisme contre les Noirs à la Municipalité d’Halifax est au niveau des années 1950, ça ne s’est pas amélioré » clame Raymond Sheppard, le porte-parole du groupe de manifestants.

Raymond Sheppard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Raymond Sheppard.

Photo : CBC / Steven Berry

Les manifestants réagissaient à un rapport déposé en janvier 2016 sur les pratiques d’embauche à la Ville.

Les consultants de Toronto l’ayant rédigé formulaient près d’une centaine de recommandations. Ils appelaient notamment à des embauches faites sans favoritisme, plus d’équité et de diversité dans les politiques des ressources humaines, et une meilleure réaction de la Ville aux plaintes pour harcèlement, violence ou discrimination.

Groupe de manifestants avec leurs pancartes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employés municipaux manifestent le 8 mai 2018 près de l'hôtel de ville d'Halifax.

Photo : CBC / Steven Berry

« Les travailleurs derrière moi mentionnent des injures racistes, du sexisme anti-Noirs. Ils sont ignorés pour des promotions et lorsqu’ils reçoivent une promotion, c’est pour un poste temporaire », dit M. Sheppard, qui ne travaille pas pour la Municipalité.

Une section du rapport relève entre autres que la majorité des employés afro-néo-écossais de la Municipalité disent avoir vécu des incidents de harcèlement ou de discrimination au travail.

Les auteurs du rapport disaient être préoccupés non seulement par ces incidents, mais par le fait que la réaction des superviseurs n’avait pas été prompte ou adéquate, ce qui contribuait selon eux à « empoisonner davantage l’environnement de travail ».

Gros plan sur les pancartes de deux manifestantes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants près de l'hôtel de ville d'Halifax le 8 mai 2018.

Photo : CBC / Steven Berry

Deux ans après la publication du rapport, Raymond Sheppard déplore que « la plupart des recommandations n’ont pas été mises en oeuvre ».

Jacques DubéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Dubé est le directeur général de la Municipalité régionale d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Jacques Dubé, le directeur général de la Municipalité régionale d’Halifax, dit qu’une mise à jour sur la mise en oeuvre des recommandations du rapport devrait être rendue publique d’ici un mois.

M. Dubé explique que d’effectuer « des changements significatifs prend du temps » et assure que de « créer une culture plus diverse et inclusive et un environnement équitable et sécuritaire » pour les employés est une « priorité ».

« Nous reconnaissons que la plupart de nos employés se connectent à la culture et à l’objectif de leur organisation par l’entremise de leur superviseur immédiat. Pour les employés afro-néo-écossais, cela peut être difficile s’ils ne se sentent pas représentés par leur gestionnaire », dit-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Société