•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Vague d'achats de fusils d'assaut au sein des corps policiers du Québec

    Les précisions de Thomas Gerbet
    Radio-Canada

    Des armes de guerre seront mises à la disposition des patrouilleurs et placées dans le coffre des autopatrouilles pour qu'ils puissent réagir en cas d'attentat ou de tuerie. Une enquête de Radio-Canada révèle que les corps de police de la province commencent à équiper de fusils d'assaut les patrouilleurs qui circulent dans les rues. La nouvelle tendance ne fait pas l'unanimité, même chez les policiers.

    Un texte de Thomas Gerbet

    Le fabricant américain d'armes Colt l'a remarqué : les policiers québécois sont devenus de très bons clients pour ses fusils d'assaut.

    Le 2 février, la Ville de Laval a conclu un contrat de gré à gré de 168 000 $ avec Colt pour l'achat d'armes longues et de puissantes munitions. Les fusils d'assaut ne sont pas destinés au groupe d'intervention, mais aux patrouilleurs.

    Un Colt 5.56 x 45 mm, modèle acheté par les policiers de Laval.Un Colt 5.56 x 45 mm, modèle acheté par les policiers de Laval. Photo : Colt

    Dans le document justifiant l'appel d'offres, on peut lire : « Il est impératif pour le Service de police de Laval d'acquérir des carabines de patrouille adéquates, efficaces et précises, pour que les policiers soient en mesure de neutraliser la menace dans un minimum de temps et avec un maximum de précision. »

    Le Service de police de Châteauguay est également en processus d'achat pour équiper ses patrouilleurs de calibres 5.56 mm. Selon l'appel d'offres, la mise en service débutera en 2019.

    Ces armes seront principalement utilisées dans deux circonstances : en présence d'un tireur actif ou d'un suspect barricadé. Les patrouilleurs pourraient intervenir dans ces situations à haut risque, sans attendre l'arrivée du groupe d'intervention.

    L'objectif est d'éviter que des agents meurent sous les balles d'un tireur mieux armé qu'eux, une piste évoquée notamment par Éric Dubois, l'un des policiers blessés en 2014, lors de la fusillade de Moncton.

    Imaginez le patrouilleur qui est appelé sur une tuerie dans une école et qui n'est pas en mesure de neutraliser le tireur, parce qu'il n'a pas l'arme adéquate.

    Eric Buchlin, analyste en attentats et prises d'otages et ex-membre du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale française

    Contrairement à ce qu'on peut voir dans les rues de Paris ou de Bruxelles, aucun corps de police québécois n'a l'intention de patrouiller avec ces armes à la main, visibles de tous. Chacune sera gardée dans le coffre d'une voiture de service, dans un rangement sécurisé.

    La SQ et Longueuil reprennent des armes de l'armée

    Un fusil d'assaut C8 de l'armée canadienne. Ce sont ces modèles en surplus que la Sûreté du Québec a reçu en don des Forces armées.Les Forces armées ont fait don de plus de 2000 fusils d'assaut C8 en surplus à des corps de police canadiens, en 2016. Photo : Forces armées canadiennes/MCpl Bern LeBlanc

    La police provinciale a reçu, ces derniers mois, 230 carabines Colt C8 des Forces canadiennes. Cent cinquante patrouilleurs doivent être formés « au rythme des budgets ». Une centaine ont déjà suivi le cours et une quarantaine d'armes circulent déjà dans autant d'unités de patrouille à travers le Québec.

    En novembre dernier, la SQ a également conclu un contrat de 153 000 $ pour l'achat d'armes longues semi-automatiques et de munitions 300 Blackout à la compagnie MD Charlton.

    Ce nouvel armement ne fait pas l'affaire de tous les agents. « Je me vois mal patrouiller avec une carabine, confie un policier de la Sûreté du Québec. C'est assez triste aujourd'hui d'être obligé de penser à ça », dit l'un d'entre eux.

    Un Sig Sauer MCX SBR, modèle commandé pour la police de Longueuil.Un Sig Sauer MCX SBR, modèle commandé pour la police de Longueuil. Photo : Sig Sauer

    Durant l'année 2017, la Ville de Longueuil a conclu pas moins de 11 contrats pour un total de 751 000 $. Une douzaine de fusils d'assaut ont été achetés pour les équipes tactiques, ainsi que des accessoires – silencieux, matériel optique.

    Par ailleurs, des dizaines de milliers de munitions commandées serviront également aux armes longues des patrouilleurs. Ces derniers utiliseront des fusils d'assaut C8 fournis par l'armée canadienne. « Tous nos patrouilleurs qui auront recours aux armes longues ont suivi un entraînement rigoureux », assure le Service de police de l'agglomération de Longueuil.

    Nous n'étions pas de taille à protéger nos citoyens adéquatement.

    Ghyslain Vallières, porte-parole du Service de police de l'agglomération de Longueui.

    Au total, le ministère canadien de la Défense nationale a fait don de plus de 2012 carabines C8 à 68 corps de police à travers le pays.

    « Ça s'inscrit dans un mouvement très large de militarisation de la police en Amérique du Nord », explique Francis Langlois, spécialiste de la question des armes à feu et membre associé à l'Observatoire des États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

    Se battre à armes égales

    Sur la trentaine d'intervenants à qui nous avons parlé pour ce reportage, la plupart citent deux événements marquants pour justifier ce changement stratégique des corps policiers :

    « Il est évident que les événements de Moncton et la mise en culpabilité de la GRC ont amené les corps de police québécois à entreprendre des modifications », explique le porte-parole de l'École nationale de police du Québec, Pierre St-Antoine.

    L'École de police a remarqué une augmentation des demandes de formation sur l'utilisation des fusils d'assaut. Un cours de cinq jours destiné aux patrouilleurs est offert depuis l'an dernier. « Depuis que la Sûreté du Québec a décidé de former certains de ses agents, explique M. St-Antoine, on sent un effet domino dans les autres corps de police municipaux. »

    Le SPVM ne suit pas la tendance, pour le moment

    Les patrouilleurs du SPVM ne sont pas équipés de fusils d'assaut.Les patrouilleurs du SPVM ne sont pas équipés de fusils d'assaut. Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

    Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'a pas prévu de doter ses patrouilleurs en armes longues semi-automatiques. Mais l'idée n'est pas écartée pour autant.

    Pour le moment, seuls les patrouilleurs affectés à l'aéroport et les groupes d'intervention sont équipés de fusils d'assaut, achetés il y a deux ans. Ces groupes d'interventions circulent toutefois en ville, ce qui fait qu'une quarantaine d'armes longues sont mobilisées sur le territoire en permanence.

    Fournir l'arme, c'est une chose, mais il y a aussi la formation et le maintien des compétences.

    Ian Lafrenière, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal

    Une source au SPVM indique qu'il y a des discussions à cet effet, mais que la question budgétaire reste un enjeu. « Le groupe d'intervention a déjà de la difficulté à avoir des formations régulières, alors imaginez les patrouilleurs. »

    À la suite de la fusillade au Collège Dawson, en 2006, le coroner avait recommandé au SPVM de doter chaque poste de quartier d'une ou deux armes longues que des patrouilleurs formés pourraient utiliser rapidement en cas d'urgence. La recommandation n'a pas été suivie.

    La mairesse de Montréal, Valérie Plante, indique qu'un travail de consultation de la population est en cours sur la question des armes. « Je n'envisage pas qu'on s'en aille vers d'autres types d'armes à la Ville de Montréal par le SPVM, mais je dois discuter avec eux et on doit aussi écouter la population », a-t-elle dit mardi lors d'un point de presse.

    De son côté, Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, est favorable à l'ajout de ce type d'armes à la panoplie des policiers. « Je pense qu'il est dans l'intérêt des citoyens que les patrouilleurs soient formés et aient accès dans le coffre arrière de leur véhicule à une arme longue et plus précise », a-t-il affirmé à l'émission Le 15-18.

    Le SPVM perd un fusil d'assaut

    À la mi-avril, un membre du groupe d'intervention du SPVM a oublié son arme longue sur le toit de sa voiture de service, à la suite d'un entraînement. L'arme est ensuite tombée sur l'autoroute, avant d'être écrasée par plusieurs véhicules. Le fusil d'assaut a fini par être retrouvé et rapporté par un citoyen. Dans le passé, le SPVM s'est aussi déjà fait voler une arme de service dans le coffre d'une autopatrouille.

    Les policiers de Sherbrooke n'ont pas non plus prévu de munir leurs patrouilleurs de fusils d'assaut.

    Un débat public?

    Trois policiers français armés traversent les Champs-Élysées. Une patrouille de police avec un fusil d'assaut en évidence, sur l'avenue des Champs-Élysées, à Paris, en France. Photo : La Presse canadienne / Christophe Ena

    Le gouvernement du Québec n'a fourni aucun mot d'ordre aux corps de police. Le ministère de la Sécurité publique rappelle que les directeurs de corps policiers sont autonomes et déterminent seuls leurs besoins en équipement.

    « On devrait avoir un débat public sur cette question-là, croit Alexandre Popovic, porte-parole de la Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP). Est-ce que c’est encore la police qui doit avoir le dernier mot? »

    Ça va arrêter où? Est-ce qu’il va falloir qu’on ait des soldats à chaque coin de rue pour qu’on se sente vraiment en sécurité?

    Alexandre Popovic, porte-parole de la Coalition contre la répression et les abus policiers

    « L’argent qu’on met là-dedans, pour militariser la police, c’est de l’argent qu’on ne met pas ailleurs, par exemple pour former les policiers à intervenir auprès de personnes qui sont en situation de crise », ajoute le porte-parole de la CRAP.

    Analyse semblable du côté du spécialiste en affaires policières Stéphane Berthomet. « Il est tout à fait compréhensible que les services de police souhaitent s'équiper pour parer à toute éventualité. Ceci doit toutefois s'inscrire dans une stratégie raisonnée face à une menace probable, et non dans une logique de militarisation, au détriment d'autres enjeux sécuritaires importants », souligne-t-il.

    Le professeur à l'école de criminologie de l'Université de Montréal Massimiliano Mulone n'en voit pas non plus l'utilité. « On vit dans une société où il y a de moins en moins de crimes, rappelle-t-il. Rien ne permet de penser que les policiers sont plus en danger qu'avant. »

    Le professeur croit que les corps policiers essaient surtout de s'éviter d'éventuelles poursuites comme celle qui a été intentée contre la GRC, à la suite des événements de Moncton.

    Massimiliano Mulone rappelle au passage que le tireur de Dawson a été rapidement mis hors d'état de nuire par un policier armé d'un simple pistolet. « Il y a un risque que les fusils d'assaut soient mal utilisés, que les balles n'aillent pas là où on veut. Plus vous êtes armé, plus il y a de chances qu'une intervention ait des conséquences graves », prévient-il.

    De son côté, Alexandre Popovic de la CRAP rappelle que, dans plusieurs pays, les policiers qui patrouillent dans la rue ne portent pas d'armes sur eux, comme en Grande-Bretagne, en Nouvelle-Zélande, en Islande ou en Norvège.

    Patrouilleurs déjà équipés

    Intervention policière avec une arme d'assaut, à Toronto, en 2016.Intervention policière avec une arme d'assaut, à Toronto, en 2016. Photo : oneeightact/reddit

    Il y a deux ans, les policiers de Toronto ont acheté une cinquantaine de fusils d'assaut pour équiper des autopatrouilles réparties sur tout le territoire.

    À Gatineau, des patrouilleurs en sont également munis depuis quelques années. À Trois-Rivières, aussi, depuis 2014, il y a toujours deux fusils d'assaut sur la route.

    Au Service de police de la Ville de Québec, certains patrouilleurs sont formés depuis quatre ans au maniement des fusils d'assaut. Tous les jours, une dizaine de ces armes circulent dans les rues de la capitale, à l'intérieur d'autopatrouilles. Ça n'a toutefois pas permis d'empêcher l'attentat à la mosquée de Québec.

    De semi-automatique à automatique

    La police a saisi un véritable arsenal à Longueuil.En décembre 2016, la police de Longueuil a découvert, par hasard, une cinquantaine d'armes à feu dans une résidence. Certaines prohibées et illégales étaient cachées dans le plafond. On retrouvait dans le lot des fusils d'assaut AR-15. Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

    Il est facile et légal d'acheter un fusil d'assaut semi-automatique au Canada. Leurs propriétaires doivent toutefois s'enregistrer.

    La police saisit régulièrement de telles armes, que ce soit de groupes criminels ou d'individus aux motivations douteuses. Il est possible de modifier ces armes semi-automatiques pour les transformer en automatiques et ainsi tirer jusqu'à 600 balles à la minute.

    En février dernier, un Montréalais a été arrêté par la police et accusé de trafic d'armes. Il cachait à son domicile des pièces détachées lui permettant de fabriquer des centaines d'AK-47.

    Le fusil d'assaut AR-15 : une efficacité redoutable

    Les AR-15 permettent des tirs rapides et précis à une plus grande distance. Ces armes sont légères et faciles à manipuler et à entretenir. Elles peuvent charger davantage de munitions et leurs balles ont un impact plus fort.

    « Les projectiles d'AR-15 passent à travers portes et fenêtres et surtout les gilets pare-balles. Ils font énormément de dégâts dans le corps », explique Francis Langlois, spécialiste de la question des armes à feu et membre associé à l'Observatoire des États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

    Armes à feu

    Justice et faits divers