•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wikipédia : les trois auteurs les plus cités sont des scientifiques australiens

Le site web Wikipédia
L'article des trois scientifiques est cité 2 830 341 fois sur Wikipédia. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Trois chercheurs de l'Université de Melbourne n'avaient aucune idée que leur article sur les zones climatiques avait été cité plus de 2,8 millions de fois.

Publié en 2007 dans le journal Hydrology and Earth System Sciences, l’article universitaire utilise des données contemporaines pour mettre à jour un modèle largement utilisé dans la classification des zones climatiques mondiales. Connu sous le nom de classification de Köppen, le modèle a été publié pour la première fois par le climatologue Wladimir Köppen en 1884, mais n’avait pas été révisé exhaustivement depuis des décennies.

« Nous sommes absolument étonnés de voir le nombre de citations, a dit l’un des trois coauteurs de l'étude, le professeur de géographie à la retraite Brian Finlayson. C’est plaisant de savoir que d’autres personnes trouvent nos recherches utiles ».

Le trio de scientifiques était au courant que son article avait eu des répercussions sur le milieu universitaire, mais ignorait son succès sur Wikipédia. C’est une journaliste du magazine Wired qui lui a appris la bonne nouvelle le mois dernier alors qu’elle souhaitait obtenir ses réactions à la suite de la publication par Wikipédia d’une analyse des 10 références les plus utilisées sur son site. L’article sur la classification de Köppen est cité 2 830 341 fois, loin devant le deuxième article – publié dans le Journal of Physical Chemistry – qui est quant à lui cité 21 350 fois.

La science ouverte au cœur du succès

L’ex-professeur Brian Finlayson soutient que la popularité de son article est attribuable au principe de science ouverte, qui fait la promotion des données et des découvertes scientifiques accessibles gratuitement afin que tout le monde puisse en bénéficier.

« Le journal dans lequel nous avons publié l’article est gratuit et en libre accès, explique Finlayson. Les gens s’en sont rendu compte et se sont dit : "Nous avons accès à une carte des climats mise à jour. Utilisons-la." Et c’est ainsi que notre article a connu une large diffusion. »

Avec les informations de Guardian

Internet

Techno