•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'écrivain Junot Díaz fait face à des allégations d’inconduite sexuelle

L'écrivain dominicain Junot Díazparle au public alors qu'il se trouve sur une scène du New Yorker Festival 2014.
L'écrivain dominicain Junot Díaz Photo: Getty Images / Andrew Toth

Plusieurs auteures ont pris la parole pour dénoncer des comportements agressifs de Junot Díaz. Ces sorties ont poussé l'écrivain gagnant du prix Pulitzer, figure majeure de la vie littéraire en Amérique du Nord, à se retirer, samedi, d'un festival en Australie.

Alors qu’il participait, vendredi, à une séance de questions-réponses durant le Sydney Writers' Festival (festival des écrivains de Sydney), Junot Díaz a dû faire face aux questions de l’auteure Zinzi Clemmons. Cette dernière a d’abord interrogé l’écrivain de 49 ans, né en République dominicaine, à propos de son texte paru à la mi-avril dans le New Yorker, où il raconte l’agression sexuelle dont il aurait été victime quand il avait 8 ans.

Zinzi Clemmons lui a ensuite demandé pourquoi Junot Diaz l’avait mise en position de vulnérabilité, voilà six ans, alors qu’elle était encore étudiante. La romancière américaine a ensuite donné plus de détails sur Twitter : « J’ai invité Junot Díaz à prendre la parole lors d’un atelier sur les questions de la représentation en littérature. J’étais une naïve inconnue de 26 ans, et il a saisi l’occasion pour me coincer et m’embrasser de force. Je suis loin d’être la seule à qui il a fait ça, et je refuse de garder plus longtemps le silence. »

Par la suite, d’autres auteures, comme Carmen Maria Machado et Monica Byrne, ont également utilisé les réseaux sociaux pour évoquer des comportements verbaux agressifs et misogynes de la part de Junot Díaz.

Dans un communiqué diffusé samedi, le festival australien a indiqué que le natif de Santo Domingo avait annulé ses autres apparitions prévues au cours du festival. Les organisateurs ont également rappelé leur engagement à fournir « un environnement solidaire et sûr pour [les] auteures et auteurs, ainsi que le public ».

Dans son récent texte, paru dans le New Yorker, M. Díaz écrit que "le passé finit par vous retrouver". Tout comme pour beaucoup d'autres qui occupent une position de pouvoir, le moment de faire face aux conséquences d’un comportement passé est arrivé [pour lui].

Les organisateurs du Sydney Writers' Festival

Par la voix de son agent, Junot Díaz a dit au New York Times « prendre ses responsabilités concernant [s]on passé ». « C’est pour cette raison que j’ai pris la décision de dire la vérité sur le viol dont j’ai été victime et ses conséquences désastreuses. Cette conversation est importante et doit continuer. J’écoute et j’apprends grâce aux histoires des femmes, dans ce mouvement culturel essentiel et qui n’a que trop tardé », a-t-il ajouté.

Contactés par le New York Times, Riverhead Books, la maison d’édition de Díaz, et le New Yorker n’ont pas souhaité faire de commentaire. De son côté, une porte-parole du Massachusetts Institute of Technology (MIT), où l’auteur enseigne l’écriture, dit attendre d’en savoir plus avant de s’exprimer.

Junot Díaz a remporté le prestigieux prix Pulitzer en 2008 pour La brève et merveilleuse vie d’Oscar Wao. Icône littéraire pour la communauté latino-américaine, il a également été acclamé pour d’autres romans, dont Guide du loser amoureux.

Avec les informations de CBC, et CNN

Célébrités

Arts