•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de pipeline autochtone se dessine entre l'Alberta et la C.-B.

Environ 80 membres de Premières Nations, certains avec des habits ou chapeaux traditionnels, dont un enfant et plusieurs personnes âgées posent pour une photographie de groupe.
Les leaders du projet de pipeline Eagle Spirit Energy affirment qu'ils ont signé des ententes de principe avec 35 Premières Nations le long du tracé. Photo: Eagle Spirit Energy

Alors que le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan divise le pays et fait régulièrement les manchettes, un autre projet de pipeline, qui a fait couler beaucoup moins d'encre, pourrait avoir plus de succès.

Beaucoup moins publicisé que Trans Mountain, le projet de pipeline Eagle Spirit Energy est tout de même en cours depuis cinq ans.

Ce projet prévoit la construction d'un pipeline de 1562 km qui relierait les sables bitumineux albertains à la côte nord de la Colombie-Britannique.

Une carte du tracé du pipeline Eagle Spirit Energy.Selon l'itinéraire proposé, le pipeline Eagle Spirit Energy traverserait 1562 km, de Fort McMurray, en Alberta, à Grassy Point, en Colombie-Britannique, ou Hyder, en Alaska. Photo : Eagle Spirit Energy

Le projet est appuyé par la société d’investissement vancouvéroise Aquilini Group, et le coût de construction du pipeline est estimé à 16 milliards de dollars.

Nous sommes en train de préparer un plan d’affaires très solide.

Calvin Helin, président et directeur général, Eagle Spirit Energy

Passage des pétroliers

Le projet de loi C-48, portant sur une interdiction de la plupart des pétroliers au large des côtes du nord de la Colombie-Britannique, doit faire l’objet d’une dernière lecture à Ottawa la semaine prochaine.

Un pétrolier sur l'eau entouré de montagnes.L'envoi de blocs de bitume vers l'Asie pourrait être compliqué par le moratoire sur les pétroliers le long de la côte nord de la Colombie-Britannique. Photo : Reuters / Chris Helgren

La Première Nation de Lax Kw’alaams, située sur la côte nord, près de Prince-Rupert, a déjà déposé en Cour Suprême une contestation constitutionnelle en lien avec cette interdiction.

La Première Nation clame n’avoir pas été assez consultée et affirme que cette interdiction est discriminatoire et ne respecte pas ses droits autochtones.

Plan B

Si la Première Nation ne remporte pas de victoire devant les tribunaux, elle veut contourner l’interdiction de pétroliers dans le nord de la Colombie-Britannique en redirigeant son pipeline vers Hyder, en Alaska.

La petite ville a signé un protocole d’entente et est d’accord pour accueillir un pipeline et servir de terminal portuaire, si besoin est.

Confiants

Donc, avec l'Alaska comme plan B, des ententes de principe signées avec les 35 Premières Nations le long du tracé et une entente de financement de 12 milliards de dollars avec Altacorp Capital, Eagle Spirit Energy croit que son projet de pipeline a de bonnes chances d'aller de l'avant.

La prochaine étape sera de présenter le projet à l'Office national de l'énergie dans les 18 prochains mois.

D’après des informations de Mike Laanela

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière