•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La commission Viens s'installe à Maliotenam pour trois semaines

La commission Viens arrive à Maliotenam pour entamer sa 21e semaine d'audiences
La commission Viens arrive à Maliotenam pour entamer sa 21e semaine d'audiences. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau
Radio-Canada

Dès lundi matin et pour trois semaines, la commission Viens fait halte à Maliotenam. Soixante-quatorze témoignages sont attendus pour faire la lumière sur la discrimination que vivent les Premières nations lorsqu'elles tentent d'avoir accès aux services du gouvernement.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau et de Katy Larouche

La Commission entendra notamment les points de vue du directeur du Centre d'amitié autochtone de Sept-Îles, de la coordonnatrice des services de santé de Kawawachikamach et du chef du conseil des Innus de Uashat-Maliotenam.

On est dans une phase plus citoyenne, où on va entendre plus de citoyens, des dossiers qui ont demandé des enquêtes en amont. [...] On attend encore quelques experts, mais ce sont vraiment des gens de terrain dans des domaines particuliers qui concernent nos six services publics.

Chrisitan Leblanc, procureur en chef de la commission Viens

Officiellement nommée « Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec : écoute, réconciliation et progrès », la commission Viens se penche sur la relation entre les Premières Nations et six services publics : les services policiers, les services correctionnels, les services de justice, les services de santé et les services sociaux ainsi que les services de protection de la jeunesse.

De nombreux témoignages seront livrés à huis clos, notamment ceux concernant les services de protection de la jeunesse. Le témoignage du maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, est aussi prévu à l'horaire de la Commission.

Analyse des témoignages

Le procureur en chef, Christian Leblanc, affirme qu'il s'attend à une variété de récits au cours de ces trois semaines d'audiences.

« Les situations sont souvent différentes d'une nation à l'autre. Les enjeux, les défis sont différents, explique-t-il. Il ne faut vraiment pas avoir d'idées préconçues et s'ouvrir l'esprit pour recevoir ce que les gens ont à donner. »

Le procureur en chef de la Commission Viens, Christian LeblancLe procureur en chef de la Commission Viens, Christian Leblanc Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Une équipe composée de 20 experts analyse chacun des témoignages recueillis. Les témoins pourront raconter leur histoire de vive voix lors des audiences ou encore déposer en privé leur témoignage. Christian Leblanc indique que tous les récits et les propositions seront étudiés afin de formuler les recommandations finales, qui seront déposées le 30 septembre 2019.

La plupart des suggestions qui nous ont été faites sont gagnantes-gagnantes, autant pour les citoyens autochtones que pour la communauté non autochtone. Les gens qui vivent mieux ensemble sont plus heureux.

Christian Leblanc, procureur en chef de la commission Viens

À la suite de ce bloc d'audiences, la commission Viens fera halte chez les Cris de Val-d'Or, puis à Mistissini, dans le Nord-du-Québec.

Côte-Nord

Politique autochtone