•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

450 personnes au premier gala du MNBAQ

Plusieurs personnes étaient sur place.
Plusieurs personnes étaient sur place. Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe

Pas moins de 450 personnes ont assisté au premier gala du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), samedi. Un événement présenté sous la direction artistique d'Olivier Dufour.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Olivier Dufour a travaillé pour l'occasion avec les élèves de l'école d'architecture de l'Université Laval afin de concocter un écrin de rêve pour le GALA MNBAQ.

En novembre dernier, un jury de haut vol a choisi un projet d'architecture éphémère soumis par des étudiants de l'Université Laval. Philanthropie avait alors séduit avec sa thématique, qui se veut un hommage aux donateurs.

Les étudiants Francis Gaignard, Sandrine Gaulin, Carine Huot et Gabriel Lemelin ont travaillé en collaboration avec Olivier Dufour, membre du jury, pour la création de ce prestigieux gala, le premier d'une longue série qui reviendra tous les deux ans, espère-t-on du côté du MNBAQ.

Plusieurs personnalités étaient sur place, notamment Régis Labeaume.Plusieurs personnalités étaient sur place, notamment Régis Labeaume. Photo : Radio-Canada

Un projet en mylar

Les artisans de Philanthropie ont misé sur le mylar, une pellicule plastique réfléchissante, utilisée notamment pour faire les couvertures de survie.

Cette pellicule est installée à divers endroits dans le musée afin de mettre certains lieux en évidence, comme la somptueuse cage d'escalier, ou le corridor reliant le pavillon Morriset au pavillon Lassonde.

Philanthropie, un projet d'architecture éphémère réalisé par de étudiants de l'Université Laval. La cage d'escalier se trouve littéralement emballée dans du mylar.« Philanthropie », un projet d'architecture éphémère réalisé par des étudiants de l'Université Laval. Photo : Idra Labrie

Elle sert aussi de support aux projections élaborées par Olivier Dufour et son équipe. « Depuis quatre nuits, on programme toutes les nuits. Nos équipes font des tests et on essaye de faire tout ce qu'il est possible de faire avec la matière », résume-t-il.

La cage d'escalier ici, c'est phénoménal! On a eu des moments de pur bonheur la nuit dernière.

Olivier Dufour, au sujet des éclairages et des projections dans la cage d'escalier

« On a voulu créer une espèce d'hybride dans lequel tu sais jamais si c'est de la projection d'images ou un vrai humain », dévoile Olivier Dufour.

« On a fait une programmation d'éclairage très chirurgicale, le bâtiment ne laisse pas place à l'erreur parce qu'il est tout blanc, très pur et la création des étudiants ne laisse pas place non plus à l'erreur. C'est un beau gros défi », ajoute-t-il.

De la conception à la réalisation

Le projet Philanthropie comprend trois installations principales, soit la cage d'escalier, le passage Riopelle et l'installation extérieure devant le pavillon Gérard-Morriset.

Le passage reliant le pavillon Lassonde au pavillon Gérard-Morrisset au MNBAQ.Le passage reliant le pavillon Lassonde au pavillon Gérard-Morrisset au MNBAQ. Photo : Idra Labrie

Les deux autres installations prévues au troisième étage du pavillon Lassonde sont beaucoup moins importantes que prévu. Les artisans se sont concentrés sur la cage d'escalier monumental.

« On a dû faire quelques modifications », raconte Samuel Bernier-Lavigne, professeur à l'École d'architecture de l'Université Laval.

« On s'était trop étendu. On en avait beaucoup à couvrir avec la pellicule. On en a des traces, mais a choisi de se consacrer à l'escalier », conclut Olivier Dufour.

Québec

Arts