•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Amir Khadir, d’étudiant engagé à politicien d’expérience

    Plan buste d'Amir Khadir qui discute sur un plateau.
    Le député de Québec solidaire Amir Khadir, en 2011 Photo: Radio-Canada / Julie Mainville

    Amir Khadir ne se représentera pas aux prochaines élections provinciales. C'est ce qu'a annoncé le député de Mercier et cofondateur de Québec solidaire en conférence de presse, le 4 mai. De militant de gauche à homme politique, retour sur le parcours de ce médecin québécois d'origine iranienne.

    Né à Téhéran en 1961, Amir Khadir immigre au Québec à l’âge de 10 ans. Étudiant, il milite contre la dictature qui opprime la population iranienne.

    En 1979 en Iran, l’ayatollah Khomeini renverse le shah d’Iran. Une révolution religieuse, sociale et politique se met en place, permettant à des orthodoxes musulmans d’instaurer un gouvernement théocratique basé sur l’islam.

    Étudiant et militant

    En 1982 à Montréal. Amir Khadir participe, avec d’autres étudiants de l’Université Concordia, à une grève de la faim. Le groupe exprime ainsi sa solidarité avec le peuple iranien et s’oppose à la répression du régime de Khomeini.

    Dans cet extrait de l’émission Le Point du 23 février 1982, le journaliste Daniel Pinard interroge Amir Khadir. Le jeune militant explique que plusieurs Iraniens ont été déçus par les effets de la révolution.

    La répression est beaucoup plus sévère [qu’à l’époque du shah]. Il y a beaucoup moins de liberté […] et les conditions de vie ont beaucoup dépéri.

    Amir Khadir, en 1982

    En 1985, Amir Khadir cofonde le Centre culturel et communautaire des Iraniens et termine une maîtrise en physique. Il entame, en 1986, des études en médecine. Il se spécialisera en microbiologie-infectiologie.

    Il demeure actif au sein de regroupements de gauche au Québec et commence à s’engager en politique à la fin des années 1990.

    L’homme politique

    En juin 2002, trois partis politiques de gauche s’unissent pour devenir l’Union des forces progressistes (UFP). Cette nouvelle formation favorise l’indépendance nationale ainsi que l’équité, l’émancipation et la justice sociale. Amir Khadir est de la partie.

    Dans ces images filmées par Radio-Canada lors du congrès de fondation, le 16 juin 2002, Amir Khadir propose un amendement au programme.

    Amir Khadir se présente aux élections provinciales de 2003, dans Mercier, sous la bannière de l’UFP.

    En février 2006, le parti progressiste fusionne avec Option citoyenne afin de créer Québec solidaire. Amir Khadir et Françoise David en sont les premiers porte-parole.

    Le député

    Je pense que les résultats que nous avons nous disent qu’on a raison d’aimer ce Québec qui vient d’élire le premier député solidaire.

    Françoise David, co-porte-parole de Québec solidaire, en 2008

    En faisant son entrée à l’Assemblée nationale, Amir Khadir cause la surprise aux élections provinciales du 8 décembre 2008. Il bat le député péquiste Daniel Turp par plus de 800 voix dans la circonscription de Mercier.

    Dans cet extrait de la soirée électorale, Amir Khadir prononce son discours de victoire devant les militants du parti. Il énumère ses souhaits pour l’avenir du Québec.

    C’est un minimum pour notre souveraineté d’avoir la liberté de faire nos choix de société plutôt que de nous soumettre au pouvoir économique privé.

    Amir Khadir, en 2008

    Après une carrière de 10 ans comme député, Amir Khadir devrait revenir à la pratique de la médecine en octobre prochain. Il affirme vouloir continuer à s’impliquer au sein de Québec solidaire.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Politique