•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prêtre coupable d'abus sexuel en Ontario aurait pu être arrêté en Saskatchewan, affirment des victimes

Tim Ryan parle en entrevue.

Tim Ryan a été victime d'abus sexuel de la part du révérend Hodgson Marshall en 1959 à l'ancienne École secondaire Saint-Paul à Saskatoon.

Photo : CBC Jason Warick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors qu’un homme vient de remporter une action en justice en Ontario après avoir été victime d'abus sexuel de la part du révérend Hodgson Marshall dans les années 1960, d’autres victimes du prêtre regrettent qu’il n’ait pas été arrêté plus tôt lorsqu'il sévissait en Saskatchewan.

L'Ontarien Rod McLeod a obtenu 2,5 millions de dollars cette semaine devant la Cour supérieure de l'Ontario dans un procès contre divers organismes catholiques et scolaires pour avoir été victime d’abus sexuel entre 1963 à 1967.

La somme comprend un montant record de 500 000 $ en dommages et intérêts punitifs.

Des victimes en Saskatchewan témoignent

Un autre homme, Tim Ryan, a été victime d'abus sexuel de la part du révérend Hodgson Marshall en 1959 à l'ancienne École secondaire Saint-Paul de Saskatoon. Il a salué la victoire de Rod McLeod devant la cour en Ontario.

Toutefois, lui ainsi que d'autres victimes affirment que le révérend aurait pu être arrêté à Saskatoon au lieu d’être muté en 1961 en Ontario, où il a fait d'autres victimes.

Hodgson Marshall dans la rue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hodgson Marshall a été condamné il y a plusieurs années pour avoir abusé plus de 20 garçons en Saskatchewan et en Ontario. Il est décédé peu de temps après en 2014.

Photo : CBC

« Il est allé dans beaucoup d'autres endroits après son passage ici. [Les autorités religieuses] ont continué de le déplacer et je ne sais pas ce qu'elles pensaient. Elles l'ont juste mis en contact avec plus d'enfants. Elles lui ont fait un cadeau plutôt que de le chasser de l'Église et d'intenter une action en justice », a déclaré Gary Mulligan, un ancien élève de Saint-Paul.

Les victimes soulignent la complicité des enseignants

Selon les victimes, les autres prêtres et les enseignants de l'École secondaire Saint-Paul étaient au courant de l'inconduite du révérend.

Il était connu des étudiants sous le surnom de Happy Hands (« Mains joyeuses »), ont-ils raconté.

Photo d'époque de Hodgson Marshall. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 1961, le révérend Hodgson Marshall a été transféré de Saskatoon en Ontario où les abus ont continué.

Photo : Annuaire de l’école secondaire catholique de Windsor en 1955

« La grande majorité des prêtres ne sont pas des agresseurs, mais combien ont été complices en camouflant des informations? », a demandé Tim Ryan.

L’une des victimes a raconté qu'il avait signalé à un enseignant le cas d’un abus dans le confessionnal et que celui-ci lui avait dit de dire 10 Je vous salue Marie avant de retourner en classe.

Au moins 20 victimes

Le révérend Hodgson Marshall a été condamné il y a plusieurs années pour avoir agressé sexuellement plus de 20 garçons en Saskatchewan et en Ontario. Il est mort

peu de temps après, en 2014.

Tim Ryan a décidé de ne pas poursuivre l’Église pour ne pas avoir à repenser sans arrêt à tous ces mauvais souvenirs, a-t-il confié.

De son côté, Gary Mulligan a intenté une action en justice qui s’est conclue par un règlement à l’amiable il y a quelques années avec des représentants de l'Église locale. Il a indiqué avoir reçu moins de 100 000 $, sans préciser le montant exact.

L'évêque de Saskatoon soutient les victimes

L'évêque du diocèse catholique romain de Saskatoon, Mark Hagemoen, a déclaré qu'il n'y avait aucun document indiquant la raison pour laquelle M. Marshall avait été transféré de Saskatoon.

Dans une déclaration, il a exprimé ses regrets pour toutes les personnes ayant été abusées par le révérend Hodgson Marshall en ajoutant que l'Église soutiendra les victimes de toutes les manières possibles.

« Nous nous engageons à ce que notre Église travaille aux côtés d'autres organismes caritatifs et le gouvernement pour s'assurer que notre environnement soit un environnement sécuritaire, en particulier pour les jeunes et les personnes vulnérables », a-t-il déclaré.

Aucun membre de l'ordre religieux de Hodgson Marshall, la congrégation de Saint-Basile, n'a pu être joint jeudi après-midi.

Avec les informations de Jason Warick, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !