•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parents et élèves de Saint-Paul ont une question : « Où est notre directeur? »

Des enfants ouvrent la marche d'un défilé de manifestants qui longent la rue principale de Saint-Paul, en route vers le bureau central du Conseil scolaire Centre-Est.
Un défilé inhabituel dans les rues de Saint-Paul : celui de trois générations de manifestants réclamant des réponses concernant l'absence du directeur de l'École du Sommet. Photo: Radio-Canada / Héloïse Rodriguez
Radio-Canada

Une cinquantaine de parents et d'élèves de Saint-Paul, en Alberta, ont pris les rues d'assaut, jeudi, pour exprimer leur mécontentement. Depuis le 19 mars, ils demeurent sans nouvelles du directeur de l'École du Sommet, Yvan Beaudoin.

Un texte de Héloïse Rodriguez et Sébastien Tanguay

Parents et élèves accusent le Conseil scolaire Centre-Est de laisser leurs interrogations sans réponse. Aujourd'hui, ils exigent que la lumière soit faite sur les événements.

Des enfants et des adultes devant l'École du Sommet, brandissant des pancartes sur lesquelles est écrit : « La communication est la clé! » et « Nous aimons notre école et nos enseignants »Une cinquantaine d'élèves et de parents ont exigé des explications quant à l'absence du directeur de l'École du Sommet, Yvan Beaudoin. Photo : Radio-Canada / Héloïse Rodriguez

« La communication est la clé », affirme une pancarte brandie par un grand-père. « Nous aimons notre école », clame une autre tenue par des mains d'enfants.

Voilà un défilé inhabituel dans la rue principale de Saint-Paul : celui de trois générations venues manifester leur soutien au directeur et dénoncer ce qu'elles considèrent comme un manque de transparence de la part de leur conseil scolaire.

« Le 19 mars, nos enfants sont revenus de l'école en nous informant qu'on n'avait plus de directeur, qu'il était parti et qu'il n'y avait pas d'explications. Ils n'avaient pas le droit de poser de questions, alors en tant que parents, on s'inquiète », explique Suzanne Stybel, mère de trois élèves à l'École du Sommet.

Suzanne Stybel, avec un manteau noir, devant le bureau central du Conseil scolaire Centre-EstMalgré plusieurs demandes exigeant des explications au conseil scolaire concernant l'absence du directeur, Suzanne Stybel affirme qu'elle attend toujours une réponse. Photo : Radio-Canada / Héloïse Rodriguez

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le départ de M. Beaudoin est involontaire. Interrogé par le diffuseur public, le Conseil scolaire Centre-Est n'a pas précisé les raisons de ce départ, indiquant qu'une enquête est en cours.

Il y a un problème de ressources humaines non résolu à l'École du Sommet.

Communiqué du Conseil scolaire Centre-Est

Il ajoute qu'il a « embauché une enquêtrice indépendante pour établir tous les faits liés à cette affaire ».

Plusieurs démarches infructueuses

Le mystère plane, malgré les nombreuses tentatives des parents pour le percer.

« On a envoyé des courriels, on a téléphoné, on s'est présentés en personne et on nous a refusé toutes formes de communication. Tout ce que le Conseil scolaire a voulu nous dire, c'est que notre directeur était absent et qu'il ne pouvait pas commenter davantage pour des raisons juridiques », explique Suzanne Stybel.

Les élèves de l'école s'inquiètent eux aussi. Des élèves de la 12e année étaient présents à la manifestation.

Cinq adolescents posent devant le bureau central du Conseil scolaire Centre-Est. Celui situé au centre brandit une pétition sur laquelle 36 noms sont inscrits.Joffre Gratton, élève de 12e année à l'École du Sommet, brandit la pétition que ses amis et lui ont fait circuler dans les corridors de leur école. Photo : Radio-Canada / Héloïse Rodriguez

Armés d'une pétition qu'ils ont fait circuler parmi leurs pairs, ils se sont heurtés à des portes closes lorsqu'est venu le moment de la présenter au Conseil scolaire.

« Ça m’énerve parce que M. Beaudoin était vraiment proche de notre communauté. À notre école, plusieurs personnes l'appuient, explique Joffre Gratton, un élève. C'est vraiment un homme qui aime les enfants, qui veut toujours le meilleur pour notre école. »

Il est vraiment vraiment ouvert et un bon directeur.

Joffre Graton, élève en 12e année à l'École du Sommet

Gagnés par l'impatience après 45 jours d'attente, les parents demandent une intervention de la province. Le député local David Hanson a d'ailleurs interrogé le ministre de l'Éducation, David Eggen, à ce sujet mercredi.

Une cinquantaine de personnes manifestent devant l'École du Sommet.Les manifestants réunis devant l'École du Sommet, avant leur départ vers le bureau central du Conseil scolaire Centre-Est. Photo : Radio-Canada / Héloïse Rodriguez

Le Conseil se défend en disant qu'il respecte le droit de tout parent d'exprimer ses opinions, mais que « de fausses accusations et des commentaires négatifs n’encouragent pas un discours propice au bien-être des élèves de la communauté ».

Radio-Canada a tenté d'obtenir des explications d'Yvan Beaudoin, sans succès.

Alberta

Éducation