•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tapis rouge pour un chef spirituel juif hassidique à Montréal

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La foule entourant le vieil homme est massive et compacte.

Le Rebbe des Belz arrivant là où il doit loger, rue Quebes, dans l'arrondissement d'Outremont.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis lundi dernier, la venue à Montréal du chef spirituel des Belz intrigue les grands médias. On voit des images saisissantes de juifs hassidiques qui dansent dans des rues fermées, un tapis rouge, une tente gigantesque pour accueillir les fidèles; une attention digne des grandes stars du rock. Qui est donc ce mystérieux patriarche qui suscite autant de passion?

Un texte d'Émilie Dubreuil

Il ne viendrait jamais à l'idée d'un jeune hassidique de collectionner des cartes de Sidney Crosby ou d'autres grandes vedettes du hockey. Le petit garçon ou la petite fille hassidique type ne s’intéresse généralement pas au hockey ou au baseball et, souvent, ne sait même pas ce que c’est.

L'enfant n’aura pas non plus d’affiches d’acteurs ou de chanteurs connus dans sa chambre, mais il aura sans doute une photo de son grand rabbin et de petites cartes à collectionner avec des photos de lui qu’il chérira comme un trésor, une vénération que partage d’ailleurs toute sa famille.

Les juifs hassidiques font beaucoup, beaucoup d’enfants. Six en moyenne par famille. Il y a donc à Montréal, là où vivent les hassidim, des magasins de jouets spécialisés. Des casse-têtes à l’effigie de rabbins célèbres, des poupées, des bandes dessinées inspirées du Talmud et, habituellement, on y trouve aussi facilement des cartes à collectionner que les enfants s’échangent à l’école représentant de grands rabbins vivants ou morts.

La popularité de ces cartes à jouer ou à échanger est révélatrice de ce que peuvent représenter les grands rabbins dans la vie de ces jeunes, coupés culturellement du monde que nous connaissons.

« Je n’en ai plus du tout », me raconte le gérant d’un magasin de jouets pour enfants hassidiques. « Les enfants ont tout acheté au début de la semaine et j’en recevrai la semaine prochaine. Mais j’ai des cartes à jouer à l’effigie des Rebbe, si vous le voulez. »

Le « Rebbe » est la clé de voûte du mouvement hassidique, ce qui distingue les juifs hassidiques des autres juifs ultraorthodoxes.

À chaque groupe sa dynastie

ll n’y a pas une communauté hassidique, mais bien des communautés hassidiques. Un peu comme des multinationales, les différents groupes ont un siège social quelque part sur la planète, le plus souvent à New York ou à Jérusalem, et des succursales, principalement à Montréal, Londres et Anvers.

Chaque groupe – il en existe des dizaines – a sa famille royale; une dynastie qui règne sur les destins des membres partout dans le monde à partir de ce siège social. C’est la cour du Rebbe, avec ses courtisans et ses conseillers.

La dévotion à cette famille royale constitue l’identité première d’un juif hassidique. Un Belz peut vivre à quelques rues d’un Satmar ou d’un Bobov à Outremont. Ils ne fréquenteront ni les mêmes synagogues ni les mêmes écoles. Les hommes ne porteront pas les mêmes chapeaux, car ils n’appartiennent pas à la même principauté, n’obéissent pas au même Rebbe.

Néanmoins, un peu comme tout le monde peut dévorer un numéro de Paris Match et s’intéresser aux amours de la princesse de Monaco sans être Monégasque ou à l’accouchement de Kate Middleton sans être Britannique, tous les hassidim, au-delà de leur appartenance politique, s’intéressent avec passion à cette royauté qui vit des drames, qui se marie, qui fait des enfants.

Leurs chicanes, leur état de santé, leur descendance, leurs maisons, leurs amours, leurs voyages alimentent les conversations et les petits journaux spécialisés. Tous connaissent les histoires de leurs parents, de leurs grands-parents, de leurs enfants.

Un ami hassidique, qui songe à quitter le groupe et me parle donc de temps en temps, même si cela est interdit, m’expliquait, à propos du Rebbe des Belz – comme s’il le connaissait intimement – que la mère de celui-ci était une femme formidable, fort distinguée.

« Elle ne voulait pas qu’il devienne chef et ça a fait pas mal de bisbille », me dit-il. « Il est plus modéré que mon Rebbe à moi, mais il ne s’entend pas bien avec l’un des Rebbe des Satmars [une autre dynastie hassidique]. D’ailleurs, beaucoup de Satmars vont quitter Outremont pour la fin de semaine, car ils ne veulent pas le voir », ajoute-t-il, espiègle.

Au pouvoir très jeune

Le Rebbe est une vedette, un chef politique et spirituel qui serait en contact avec Dieu et à même, donc, de faire des miracles. Toute métaphore est nécessairement boiteuse, mais ce personnage tient à la fois d’un Paul McCartney, du frère André, du pape et de Justin Trudeau.

Celui qui est arrivé à Montréal lundi et repartira en début de semaine prochaine est un Rebbe très important dans ce paysage aristocratique. C’est l’un des leaders hassidiques les plus riches de la planète, selon l’édition israélienne du magazine Forbes, mais c’est surtout une légende vivante.

Yissachar Dov Rokeach est le cinquième Rebbe de la dynastie Belz. Il a hérité du pouvoir en 1966, alors qu’il n’avait que 18 ans.

« Les hassidim croient en une semence divine qui se transmet dans les dynasties royales », m’explique, depuis New York, le grand spécialiste des familles royales hassidiques, Samuel Heilman, professeur au Queen’s College. « Comme l’oncle de Yissachar n’avait pas de fils, on a déterminé que c’était lui qui en était porteur. Il est devenu un roi-enfant, ce qui est très rare dans l’histoire et a frappé les imaginations. »

M. Heilman se demande, curieux, ce qui peut bien expliquer la présence du Rebbe de Belz à Montréal, une communauté d’une importance assez mineure par rapport à d’autres dans le monde.

« Ce sont comme des politiciens en campagne électorale, il y a toujours une raison derrière leurs déplacements, dit-il. C’est peut-être politique? Le "leader" décide toujours pour quel parti son groupe va voter, c’est peut-être aussi pour des raisons financières. Quand un Rebbe voyage, c’est aussi une démonstration de force, pour démontrer que des milliers de gens se déplacent pour le voir et dépensent de fortes sommes pour l’accueillir. »

Il est vrai que les Belz de Montréal n’ont pas lésiné à la dépense. Le Rebbe est arrivé d’Israël dans un avion privé, avec 200 courtisans. Une cuisine a été construite expressément, au coût de 30 000 $, dans un ancien bureau de poste où des milliers d’hommes mangeront et danseront avec le souverain pour le repas du sabbat, vendredi soir.

On s’attend à ce que des milliers de membres de la communauté Belz viennent de New York pour participer aux festivités de la fin de semaine.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.