•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des framboises québécoises huit mois par année

Photo : Radio-Canada / Pascale Lacombe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une framboise d'hiver cultivée en serre fait son apparition sur les tablettes des épiceries. Les Serres Demers ont mis cinq ans à développer le concept, une première en Amérique du Nord.

Après les légumes en serre, il était naturel pour les Productions horticoles Demers de développer la production du petit fruit rouge.

La framboise plus rouge et plus grosse que celle retrouvée dans les champs est aussi plus sucrée.

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Un avantage selon le président-directeur général des Productions horticoles Demers.

« À la base, il y a le goût et le taux de sucre est beaucoup plus élevé qu'une framboise conventionnelle qui vient d'une production en champs. »

— Une citation de  Jacques Demers, Président-directeur général Productions horticoles Demers
Jacques Demers, président-directeur général des Productions horticoles Demers
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Demers, Président-directeur général des Productions horticoles Demers.

Photo : Radio-Canada

La production de la framboise de serre comporte son lot de défis techniques.

Le framboisier doit subir une période de refroidissement, pour ensuite passer dans une période de « dormance » dans une salle réfrigérée.

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada / Pascale Lacombe

Plusieurs facteurs comme la température, la lumière, ou même les insectes doivent être considérés.

« On voit des bourdons qui se promènent dans la serre pour la pollinisation. Ce sont tous des facteurs qu'on doit recréer pour arriver à avoir un climat et une situation qui reproduit l'été », explique M.Demers.

Potentiel économique pour le Québec

Les Productions horticoles Demers souhaitent offrir des framboises huit mois par année.

« Nous avons une vague de production printanière et par la suite en octobre, novembre et décembre, nous aurons une autre vague de production en serre ».

Malgré la concurrence et un coût de production élevé, Jacques Demers estime que cette culture peut être rentable et saura se démarquer.

« Une framboise qui voyage 4, 5, 6000 kilomètres à partir de la Californie, il y a énormément de gaz à effets de serre qui est émis, le coût de production est aussi très élevé » croit-il.

Les framboises seront disponibles dès la semaine prochaine dans 150 épiceries du Québec.

Des framboises du Québec en hiver

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !