•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le Xanax contrefait : un médicament potentiellement dangereux circule dans les écoles de l’Outaouais

    Une infographie montrent trois mains tenant des comprimés.
    Les risques de dépendance chez les jeunes consommateurs de Xanax sont élevés, selon un psychiatre. Photo: Radio-Canada

    De plus en plus d'adolescents de l'Outaouais consomment illégalement du Xanax, ce médicament prescrit aux gens qui souffrent d'anxiété ou d'attaques de panique. La majorité de ces comprimés seraient achetés sur Internet par des jeunes qui ignorent cependant leur véritable contenu et s'exposent à de graves conséquences.

    Un texte de Guillaume Dumont

    Le problème est tel que le Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais (CIPTO) a demandé aux autorités de la Santé publique de l’Outaouais d’intervenir dans des écoles secondaires de la région.

    « C’est clair que j’ai plus de jeunes cette année qui consomment du Xanax que les années précédentes », précise Stéphanie Patry, intervenante jeunesse en toxicomanie au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

    C’est le produit à la mode cette année.

    Stéphanie Patry, intervenante jeunesse en toxicomanie au CISSS de l’Outaouais

    Des enseignants ont reçu des conseils pour détecter l’abus de Xanax chez leurs élèves.

    « Dans certaines écoles, les professeurs ont été informés des symptômes d’une consommation de Xanax pour être en mesure de faire plus de dépistage et d’offrir de l’aide à ces jeunes-là », indique Mme Patry.

    Stéphanie Patry pose pour une photo, à l'extérieur. Derrière elle se trouve une affiche du Centre de réadaptation en dépendance de l'Outaouais.L'intervenante jeunesse en toxicomanie Stéphanie Patry constate que le Xanax est très populaire chez les jeunes. Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

    Des risques importants de dépendance

    Selon le psychiatre Tin Ngo-Minh, du CISSS de l’Outaouais, les jeunes qui consomment du Xanax s’exposent à des risques accrus de dépendance à cette drogue.

    « Le high qui vient avec ça est très fort, très rapide, les gens recherchent ce high-là et lorsqu’ils n’en ont plus, ils veulent en prendre plus », explique-t-il.

    Le Xanax est parmi les médicaments benzodiazépines qui causent le plus de dépendance, parce que son effet est immédiat.

    Tin Ngo-Minh, psychiatre au CISSS de l'Outaouais

    Qui dit effet rapide et puissant dit aussi sevrage pénible, selon le psychiatre, qui recommande d’aller chercher de l’aide médicale pour s’en sortir en cas de dépendance.

    Qu’est-ce que le Xanax?

    L'alprazolam, commercialisé sous le nom de Xanax, a pour effet de tempérer l'action du système nerveux central. Ses effets secondaires les plus courants sont : étourdissement, confusion, somnolence, perte de mémoire, faiblesse musculaire et perte d'équilibre.

    Un dangereux mélange avec l’alcool

    Le Xanax peut aussi être très dangereux lorsqu’il est consommé en même temps que l’alcool, qui décuple les effets des deux substances.

    « Le Xanax, c’est comme de l’alcool, si vous en prenez avec de l’alcool, c’est comme si vous preniez beaucoup, beaucoup d’alcool. On peut avoir une dépression respiratoire, vomir, faire une pneumonie d’aspiration, c’est très dangereux », prévient le médecin.

    On dit à nos patients que c’est comme de l’alcool en pilule.

    Tin Ngo-Minh, psychiatre au CISSS de l'Outaouais

    Des comprimés faciles à acheter sur Internet

    Radio-Canada a constaté que les pharmacies en ligne qui proposent du Xanax sans ordonnance sont légion sur Internet. Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs basées au Canada.

    Radio-Canada a observé que les comprimés sont offerts à très faible coût et peuvent être livrés à domicile en quelques jours seulement.

    Un petit sachet en plastique avec des comprimés sur lesquels est écrit « Xanax ».Il est possible d'acheter des comprimés de Xanax sans ordonnance sur Internet (archives). Photo : Facebook

    Or, le directeur général du Centre d'intervention et de prévention en toxicomanie de l'Outaouais, Yves Séguin, rappelle que les jeunes ignorent en fait s’il s’agit de véritables comprimés de Xanax.

    « Ils se procurent ça sur Internet, par exemple, parfois c’est un vrai produit, comme en pharmacie, parfois c’est une imitation et c’est là le grand risque, c’est là où justement on ne sait pas ce que contient ce comprimé-là », explique-t-il.

    Yves Séguin en entrevue à l'extérieur, sur le bord d'une rue.Le directeur général du CIPTO, Yves Séguin, rappelle qu'il est difficile de connaître la vraie nature des médicaments achetés sur Internet (archives). Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

    Une drogue de plus en plus populaire chez les revendeurs de rue

    En plus d’être facilement disponible sur Internet, le Xanax est aussi vendu par les trafiquants de drogue dans les rues d’Ottawa et en Outaouais.

    En février 2018, à Gatineau, deux hommes ont été arrêtés par les policiers à la suite d'une perquisition qui a mené à une saisie de diverses drogues, dont 700 comprimés de Xanax.

    Le mois précédent, la police d’Ottawa avait aussi arrêté trois personnes qui revendaient d’importantes quantités de Xanax et de cocaïne dans la capitale fédérale.

    Parler du Xanax avec son adolescent

    Si vous trouvez du Xanax dans la chambre de votre adolescent, il est préférable d'entamer une conversation franche et ouverte avec lui, recommande l’intervenante Stéphanie Patry.

    Si le parent panique, l’adolescent risque plus de se refermer sur lui-même.

    Stéphanie Patry, intervenante jeunesse en toxicomanie au CISSS de l’Outaouais

    Si le problème persiste, elle recommande d’aller chercher de l’aide auprès des ressources disponibles en lutte contre la toxicomanie.

    Même si la consommation de Xanax est de plus en plus répandue, Mme Patry note toutefois que seule une petite proportion des jeunes de la région s’y adonnent.

    Ottawa-Gatineau

    Santé publique