•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le FBI a surveillé les communications de l'avocat de Trump

Michael Cohen, l'avocat du président américain, quitte le palais de justice de Manhattan au terme d'une audience de plus de deux heures.

Des documents ont été saisis par des agents du FBI lors de perquisitions menées le 9 avril dernier dans les bureaux new-yorkais et au domicile de Michael Cohen, l'avocat de Donald Trump.

Photo : Reuters / Lucas Jackson

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le FBI surveillait les communications téléphoniques de Michael Cohen, l'avocat personnel du président américain Donald Trump, avant de perquisitionner ses bureaux, sa chambre d'hôtel et son domicile le mois dernier, rapporte jeudi la chaîne NBC en citant des sources au fait du dossier judiciaire.

La chaîne avait dans un premier temps laissé entendre que les agents fédéraux avaient écouté les conversations de l'avocat new-yorkais, mais elle s'est ensuite rétractée, parlant d'une simple surveillance des numéros signalés.

« Ils ont juste pu voir que quelqu'un appelait quelqu'un d'autre », a déclaré Tom Winter, l'un des deux journalistes qui a enquêté sur cette affaire.

Le FBI n'a pas d'enregistrement des propos tenus par Michael Cohen, a précisé NBC.

La surveillance et les perquisitions visant Michael Cohen ont été menées dans le cadre d'une enquête menée à New York sur le versement, pendant la campagne de l'élection présidentielle de 2016, de 130 000 $ à une ancienne actrice de films pornographiques qui dit avoir eu une liaison avec Donald Trump en 2006.

Michael Cohen a reconnu les faits et Donald Trump a admis jeudi avoir par la suite remboursé son avocat, tout en assurant que cette somme ne provenait pas de ses comptes de campagne et en accusant Stormy Daniels « d'extorsion ».

L'enquête new-yorkaise s'inscrit dans le cadre plus large des investigations dirigées par le procureur spécial Robert Mueller sur une ingérence russe présumée dans la campagne de 2016.

Avant que NBC ne change sa version, l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, qui vient de rejoindre l'équipe légale de Donald Trump, avait jugé que si elles avaient été confirmées, des écoutes téléphoniques auraient été « inappropriées ».

Donald Trump, président des États-Unis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !