•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier vend son site torontois de Downsview pour 635 millions $ US

Des avions en construction dans un hangar.

Le site de Downsview compte notamment une usine d'assemblage d'avions, qui serait déménagée près de l'aéroport Pearson.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bombardier a conclu un accord avec l'Office d'investissement des régimes de pensions du secteur public du Canada pour la vente de son énorme site de 150 hectares dans le nord de Toronto, qui compte notamment une usine d'assemblage d'avions.

La transaction brute doit rapporter environ 635 millions $ US à Bombardier. Ce montant sera réduit à 550 millions $ US une fois soustraits les coûts associés à la vente.

La compagnie ajoute que la transaction doit être conclue au cours du deuxième trimestre de 2018.

Aujourd’hui, nous utilisons seulement environ 10 % d’un site de 150 hectares situé à Downsview alors que nous supportons la totalité du coût d’exploitation d’une piste d’atterrissage d’environ 2000 mètres.

Une citation de : Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier

Déménagement de l'usine près de l'aéroport

Bombardier compte déménager son usine d'assemblage de jets d'affaires de Downsview à un emplacement situé près de l'aéroport Pearson, à Toronto.

L'entreprise dit avoir signé un bail à long terme avec l'Administration aéroportuaire pour une propriété d'environ 15 hectares.

Entre-temps, Bombardier pourra maintenir ses activités dans ses installations de Downsview pendant un maximum de trois ans après la conclusion de la vente. Le contrat prévoit deux prolongations possibles d'un an.

Bombardier s'engage aussi à investir plusieurs millions dans un centre d'innovation :

Habitations ou emplois

Le zonage actuel ne permet pas la construction domiciliaire sur le terrain de Downsview, mais les pressions risquent d'être fortes sur les élus municipaux pour que cette réglementation soit changée.

L'énorme terrain, desservi par deux stations de métro, est en effet un lieu de rêve pour les promoteurs immobiliers.

C'est un site qui a vraiment une valeur extraordinaire. C'est une opportunité qu'on retrouve relativement rarement dans une grande région métropolitaine comme celle de Toronto.

Une citation de : Pierre Filion, professeur d'urbanisme à l'Université de Waterloo

De son côté, la conseillère municipale du quartier, Maria Augimeri, se dit « dégoûtée » par la façon dont Bombardier a agi, « secrètement », dans le dossier, sans consulter la communauté.

Elle affirme que la Ville bloquera toute demande de changement de zonage.

C'est la Ville qui décide à quoi peuvent servir ces terrains. Et on protège jalousement les emplacements zonés pour l'emploi.

Une citation de : Maria Augimeri, conseillère municipale de Toronto

Le plan municipal prévoit la création dans le secteur d'un carrefour d'entreprises de haute technologie. Le maire John Tory a voté en faveur de ce plan dans le passé.

Qui est l'acquéreur?

L'acquéreur du site de Bombardier, l'Office d'investissement des régimes de pensions du secteur public, gérait l'an dernier des actifs de 139,2 milliards de dollars. La société d'État investit des fonds pour les régimes de pension de la fonction publique, des Forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !