•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caucus et chef du NPD restent muets au sujet des déclarations-chocs d'Erin Weir

Le NPD n'a toujours pas levé le voile sur l'enquête visant le député fédéral de Regina-Lewvan, Erin Weir. Photo: The Canadian Press / PATRICK DOYLE
Presse canadienne

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, n'a pas levé le voile mercredi sur l'enquête visant Erin Weir à propos des allégations de harcèlement le concernant, après avoir discuté pendant plusieurs heures avec les députés de la formation politique.

M. Weir, un député de la Saskatchewan, a ébranlé son parti, mardi, en soutenant que, non seulement la plainte pour harcèlement formulée à son endroit en janvier était infondée, mais qu'elle constituait une manoeuvre politique pour l'empêcher de faire entendre sa voix dissonante sur la taxe sur le carbone.

M. Weir a allégué que la plainte avait été orchestrée par un membre de l'entourage de l'ancien chef Thomas Mulcair.

Les propos de M. Weir et un rapport sur le comportement du député relativement aux allégations de harcèlement pesaient lourd au moment où M. Singh et les députés néo-démocrates tenaient leur rencontre hebdomadaire du caucus à huis clos, mercredi.

Après la rencontre, le chef du NPD n'a pas voulu commenter les allégations contre M. Weir ni révéler les résultats de l'enquête menée par la professeure en droit de l'Université d'Ottawa Michelle Flaherty.

M. Singh a simplement dit à La Presse canadienne qu'il en « aurait plus à dire sur le sujet plus tard », affirmant qu'il fallait s'attarder à offrir « appui et respect à la famille » du député conservateur ontarien Gordon Brown, retrouvé mort dans son bureau de la colline du Parlement à Ottawa, mercredi matin.

Plusieurs députés néo-démocrates auraient participé, selon M. Weir, aux manoeuvres visant à le punir pour sa position divergente sur la taxe sur le carbone, notamment la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, et le député ontarien de Timmins-Baie James, Charlie Angus. Ces derniers ont refusé de commenter ces déclarations et ont relayé les questions à M. Singh.

Mme Moore est celle qui a accusé M. Weir d'avoir harcelé plusieurs femmes, dont des employées du parti. Même si Mme Moore disait ne pas avoir subi elle-même de harcèlement, M. Singh avait jugé que les allégations étaient assez sérieuses pour suspendre M. Weir.

Christine Moore a confirmé mercredi qu'elle avait été mise au fait des résultats de l'enquête de la professeure de droit, sans entrer dans les détails.

M. Weir était à Regina mercredi et n'a pas participé à la rencontre du caucus.

Saskatchewan

Politique fédérale