•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers l'intensification de la chasse au chevreuil dans la Baie-des-Chaleurs

Le chevreuil est surabondant dans la Baie-des-Chaleurs

Le chevreuil est surabondant dans la Baie-des-Chaleurs

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec confirme la création d'une sous-zone de chasse au chevreuil, dans la Baie-des-Chaleurs. La mesure vise à réduire la population de chevreuils aux abords de la route 132 et accroître ainsi la sécurité des automobilistes.

Un texte de Joane Bérubé

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy est revenu à la charge avec cette revendication à l’Assemblée nationale, mardi, lors de tenue de la Commission des transports et de l'environnement.

Le député a de nouveau expliqué en commission parlementaire, la distinction entre le nord de la Gaspésie où on dénombre peu de chevreuils, et la Baie-des-Chaleurs où le cheptel est si nombreux qu’il est la cause de 600 à 700 collisions par année.

D’une part, il y a un cheptel menacé par un prélèvement trop important et d’autre part, un cheptel dont la surpopulation est devenue une menace pour la population, a fait valoir Sylvain Roy.

Le ministre responsable de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a convenu de la problématique particulière à la Gaspésie.

Dans un premier temps, le Ministère délivrera, dans une perspective de sécurité routière, des permis de chasse au « cerf sans bois » dans la zone 1 (Gaspésie).

La mesure devrait permettre l’abattage de 500 bêtes. Les permis seront délivrés dès cette année par tirage au sort.

Processus pour la création d'une sous-zone de chasse

La sous-zone sera créée ultérieurement.

Le sous-ministre associé aux opérations régionales du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Daniel Richard, a en effet expliqué que la division du territoire de chasse en deux sous-zones prendra un certain temps.

Des consultations devront avoir lieu, dit-il. De même, la réglementation devra être adaptée et des travaux d’arpentage devront être exécutés.

En attendant, le Ministère fait le pari que les chasseurs se concentreront dans le sud de la Gaspésie où le taux de succès de chasse risque d’être plus élevé qu’au nord.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Faune et flore