•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux ans après le feu, la Croix-Rouge aide toujours Fort McMurray

Des spécialistes des soins aux animaux sont assis sur une camionnette toutes portes ouvertes. Un gros nuage de fumée passe au-dessus d'eux.

Le feu de Fort McMurray a conduit à l'évacuation du plus de 80 000 personnes le 3 mai 2016.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Radio-Canada

La Croix-Rouge affirme avoir dépensé près de 90 % des dons pour aider les sinistrés de Fort McMurray, dans son bilan du deuxième anniversaire du feu qui a ravagé une grande partie de la municipalité du nord de l'Alberta. L'organisme dit toutefois qu'il n'est pas près de quitter les lieux.

Un texte de Tiphanie Roquette

Après l’incendie qui a causé la destruction de 2579 bâtiments et l'évacuation de plus de 80 000 personnes, l’élan de générosité avait permis de récolter 325 millions de dollars. De ce montant, 291 millions de dollars ont été dépensés.

La répartition des dépenses de la Croix-Rouge :

  • 213 M$ pour les personnes et familles;
  • 40 M$ pour les organismes communautaires;
  • 29 M$ pour les petites entreprises;
  • 2,8 M$ pour la préparation aux désastres;
  • 6,2 M$ de frais de gestion des dons.

Au total, lors de la phase de reconstruction, plus de 16 000 familles ont reçu de l'aide de la Croix-Rouge pour payer leur loyer, leur hypothèque, réparer leur maison ou tout simplement être envoyées vers d’autres services.

La Croix-Rouge a ainsi établi un partenariat avec six groupes autochtones pour s’assurer que l’aide apportée s’accompagnait du respect de leur culture.

Des flammes montent jusqu'au ciel devant une maison et ce qui ressemble à une zone industrielle.

Les flammes ont détruit 2579 résidences de Fort McMurray.

Photo : Terry Reith/ICI Radio-Canada

Des besoins encore présents

Plus de 10 000 résidents de Fort McMurray ont aussi fait appel à des programmes d’aide psychologique. « Cela a été un événement tellement traumatique pour tous les gens qui ont été évacués. Les enfants, les jeunes, les parents doivent composer avec le traumatisme de l’événement et les conséquences du retour dans son quartier », explique la vice-présidente de la Croix-Rouge pour l’Alberta, Jennifer McManus.

Les besoins ne diminuent pas, selon l’organisme. La municipalité et la province ont progressivement réduit leur aide directe aux familles, mais la Croix-Rouge continue de recevoir de nouvelles demandes.

« Les besoins émergent au fur et à mesure de la reconstruction », souligne Mme McManus.

De nouvelles familles demandent de l’aide, alors qu’elles pensaient pouvoir s’en sortir seules.

Jennifer McManus, Croix-Rouge Alberta

Quelque 1500 familles sont encore suivies par la Croix-Rouge. L’organisme ne pense donc pas plier bagage de sitôt.

Catastrophes

Société