•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PPO à Nipissing Ouest : la police locale demande à la cour d’intervenir

Un véhicule de la police de la municipalité de Nipissing Ouest.

La municipalité de Nipissing Ouest sera remplacée par un détachement de la Police provinciale de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Police Nipissing Ouest

Radio-Canada

Le torchon brûle entre la municipalité de Nipissing Ouest et son propre service de police. La Commission des services policiers locaux a déposé à la Cour supérieure de justice de l'Ontario une demande de vérification judiciaire de la décision de la Ville de remplacer la police municipale par un détachement de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

Un texte de Mathieu Grégoire

De toute évidence, les services policiers locaux ne digèrent pas la décision prise par la Ville en décembre dernier.

Selon le document obtenu à la cour, la police locale soutient que le processus qui a mené à la décision du conseil municipal « présentait des défauts et était injuste ».

Parmi les autres arguments soutenant la requête :

  • Des conseillers qui ont voté en faveur de la décision l’ont fait malgré des conflits d’intérêts personnels liés à la PPO.
  • Certains conseillers, incluant d'anciens membres du conseil d’administration des Services policiers de Nipissing Ouest, ont démontré des gestes d’animosité envers la direction des services de police.
  • Le conseil municipal a agi de mauvaise foi.
  • Le conseil municipal n’a pas agi dans l’intérêt du public.

Le directeur général de la Ville, Jean-Pierre Barbeau, n'est évidemment pas d'accord.

« Ça a été examiné, discuté, il y avait une réunion publique et la décision a été prise par notre municipalité, par notre conseil élu pour accepter cette proposition-là », soutient-il.

Départ précipité

Avant que cette requête judiciaire n'ait été révélée publiquement mardi, le conseiller municipal Léo Malette a démissionné lundi de son poste au sein de la Commission des services policiers de Nipissing Ouest.

M. Malette avait voté en faveur du remplacement de la police locale par la PPO.

Celui-ci affirme qu'il n'était pas au courant de l'intention de la Commission des services policiers locaux de réclamer une révision judiciaire dans ce dossier. Le sujet a été abordé lors d’une réunion de la Commission, mais il explique qu’il est « sorti de celle-ci parce qu’on disait » qu'il avait « un conflit d’intérêts ».

M. Malette soutient aussi que le président du conseil lui aurait demandé de quitter son poste de conseiller des Services policiers pour les mêmes raisons.

Politique