•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • L’administration Plante vole au secours du centre de récupération et de tri de Montréal

    Des ballots de matières recyclables près d'un centre de recyclage à Montréal, en janvier 2018.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    La Ville de Montréal va venir en aide financièrement au centre de récupération et de tri de la métropole pour qu'il traverse la crise qui secoue le secteur du recyclage. L'administration de Valérie Plante s'apprêterait à verser des millions de dollars au gestionnaire du site, Rebuts Solides Canadiens, une filiale du groupe Tiru, pour lui permettre de continuer à exploiter le centre.

    Un texte de Jean-Philippe Robillard

    Depuis que la Chine a resserré ses critères de qualité sur les matières recyclables importées et que les prix des matières, dont le papier journal, ont chuté sur les marchés mondiaux, les gestionnaires du centre de tri de Montréal font face à une importante baisse de leurs revenus, en plus d’avoir perdu leur principal marché d’exportation.

    Le grand patron du centre de tri de Montréal, Gilbert Durocher, affirme qu’il perd en moyenne 700 000 $ par mois depuis le début de la crise.

    On ne pourra survivre.

    Gilbert Durocher, président de Rebuts solides canadiens

    La situation est telle que le gestionnaire du centre de tri a demandé l'aide de la Ville de Montréal, puisque ses pertes se chiffrent en millions depuis novembre.

    Des négociations sont en cours entre l'administration de Valérie Plante et le gestionnaire du centre de tri. Le responsable de l'environnement à la Ville de Montréal, Jean-François Parenteau, soutient que la Ville s’apprête à venir en aide financièrement au centre de tri.

    « On parle de quelques millions […] C'est certain qu'il y a quelques millions à investir pour être capable de passer à travers la crise, pour permettre à Tiru d'avoir un peu plus d'oxygène pour passer cette crise-là », assure M. Parenteau.

    Il ajoute que l’argent injecté va notamment permettre de payer les salaires des employés. « On sent que sur le plan financier, ils étaient très fragiles », note-t-il.

    De son côté, le grand patron de Rebuts Solides Canadiens fonde beaucoup d’espoir dans ces négociations et espère qu'elles « aboutiront rapidement ».

    « On est effectivement à regarder ce qui peut être fait pour s'assurer que les opérations puissent continuer. Ce qui peut être fait pour la viabilité des opérations de tri à Montréal », explique Gilbert Durocher.

    Les pourparlers vont permettre aux deux parties de s’entendre sur le montant de l’aide que va verser la métropole pour s’assurer que la cueillette des matières récupérées se poursuive sur l’île. « Au-delà de l’entreprise, c’est toute la question de la bonne gestion de nos matières résiduelles. L’enfouissement aujourd’hui, ce n’est pas une option », explique M. Parenteau.

    Pendant des années, les prix des matières récupérées étaient plus élevés. Ces dernières se retrouvaient vendues à l’étranger, dont en grande partie en Chine. La Ville de Montréal touchait alors une partie des profits générés.

    Depuis 2009, le centre de tri de Montréal soutient avoir remis plusieurs millions de dollars à la métropole. En vertu du contrat entré en vigueur en 2009, la Ville de Montréal et le Groupe Tiru partagent les profits et les pertes découlant des activités du centre. Mais le gestionnaire du centre estime que cette clause est insuffisante en raison de l’ampleur de la crise.

    Selon une étude réalisée par Recyc-Québec l’an dernier, certains des centres de tri moins performants, dont celui de Montréal, sont considérés à risque en raison de la vétusté de leurs installations et de la qualité des ballots de matières recyclables qu'ils produisent.

    Le centre de tri de Montréal cherche toujours un marché pour écouler les 5200 ballots de papier qui sont encore dans sa cour et qu'il a accumulé au début de la crise.

    Grand Montréal

    Politique municipale