•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enceinte et atteinte du virus Zika, elle demande un visa pour son fiancé

Une jeune femme aux cheveux bruns.

Eloise Patmore est enceinte de huit mois et a été diagnostiquée du virus du Zika.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La naissance de son premier enfant amène habituellement du bonheur aux nouveaux parents, mais pour une femme de Victoria diagnostiquée du virus du Zika, c'est une période remplie d'inquiétudes.

Un texte d’Eva Uguen-Csenge

Au cours des dernières années, Eloise Patmore a souvent voyagé en Jamaïque. Son employeur lui permettant de travailler à distance, elle se rend souvent dans ce pays rejoindre son fiancé jamaïcain.

De retour à Victoria en décembre et enceinte de quelques mois, elle décide de faire une prise de sang par mesure de précaution. En janvier, elle reçoit la confirmation qu'elle a contracté le virus du Zika.

« On ne savait même pas où commencer, raconte-t-elle, même notre médecin ne savait pas quoi nous dire parce que c'est un cas unique en Colombie-Britannique. Elle non plus ne savait pas ce que seraient les répercussions d'avoir eu le Zika pendant ma grossesse. »

Accoucher sans son fiancé

En plus d’avoir contracté le virus, Mme Patmore risque de devoir accoucher seule après le refus d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada d'accorder un visa à son fiancé, Charles Frost.

Mme Patmore affirme que les raisons du refus qui lui ont été fournies par Immigration Canada sont inacceptables. Elle a même créé une vidéo sur YouTube pour demander au gouvernement de reconsidérer la décision.

Selon elle, le ministère a énuméré parmi les raisons le fait que M. Frost ne possède pas de biens immobiliers le motivant à retourner en Jamaïque ainsi que des précédents avec d'autres visiteurs jamaïcains, notamment des étudiants.

« Une autre raison qu'ils nous ont donnée, c'était que dans la culture jamaïcaine ce n’est pas normal qu'un homme veuille être à la naissance de ses propres enfants. Ils ne trouvaient pas crédible que Charles veuille venir au Canada pour être à la naissance de sa fille », a déclaré Mme Patmore.

« C'était vraiment des généralisations et des stéréotypes et ils ont utilisé ces raisons-là en partie pour lui refuser le visa. »

— Une citation de  Eloise Patmore

Selon Molly Joeck, avocate en immigration auprès du cabinet Edelmann & Co., ce type de raisonnement n’est pas inhabituel dans les refus de visa.

« Immigration Canada va toujours prendre en compte les moyens financiers. Je trouve que ça désavantage souvent les jeunes les étudiants parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'atouts. »

Eloise Patmore demande au ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, de reconsidérer le refus et d'accorder un visa à son fiancé avant la naissance de leur bébé d'ici les prochaines semaines.

Radio-Canada a tenté de contacter Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour connaître les raisons du refus, mais le ministère n'a pas répondu à notre demande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !