•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections scolaires à la DSFM : qui, quand, où, comment?

Feuille d'un bulletin de vote avec la mine d'un crayon avec lequel on vient de cocher une case.
Les élections scolaires au Manitoba, y compris à la DSFM, ont lieu le 24 octobre cette année. Photo: iStock
Radio-Canada

La Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM) annonçait la semaine dernière certains changements pour les élections scolaires de cet automne. Qui pourra voter, quand et comment? On fait le point.

Électeurs : qui est admissible?

« Tous les ayants droit auront le droit de vote », explique Serge Bisson, secrétaire-trésorier de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

Par « ayant droit », on entend toute personne qui réside au Manitoba et qui remplit l’une des conditions suivantes, selon la Loi sur les écoles publiques (Nouvelle fenêtre) de la province :

Tableau sur lequel on peut lire les informations suivantes : Titre : Suis-je un ayant droit? ma 1re langue encore comprise est le français : oui; je suis allé au moins 4 ans à l'école primaire FR au Canada : oui; j'ai un enfant qui fréquente l'école FR au Canada : oui; j'ai un enfant qui est allé au moins 4 ans à l'école FR au Canada : oui.Les citoyens canadiens, résidents du Manitoba, qui remplissent une de ces conditions sont considérés comme ayant droit et pourront voter aux élections scolaires de la DSFM. Photo : Radio-Canada

Cela signifie qu’on n’a pas nécessairement besoin d’avoir un lien direct avec la DSFM pour voter, si on répond au premier critère (la première langue apprise et encore comprise est le français).

Par exemple : un Manitobain francophone qui a fait sa scolarité en français dans un autre pays, et qui n’a pas d’enfant, peut voter.

Le bassin d'électeurs inclut aussi les personnes qui auraient un lien indirect avec la DSFM.

Par exemple : une grand-mère francophone, dont les enfants ne sont pas allés à la DSFM, mais qui a maintenant un petit-enfant à la DSFM, peut voter - encore une fois, selon le premier critère.

Les personnes suivantes, qui avaient déjà le droit de vote en 2014, le conservent :

  • les parents d'élèves à la DSFM;
  • les élèves de la DSFM de 18 ans et plus;
  • les diplômés de la DSFM;
  • les parents des diplômés de la DSFM;
  • les parents des enfants en prématernelle affiliée à la DSFM.

Enfin, précise Serge Bisson, « les deux autres règlements qui s’appliquent pour toutes les élections des divisions scolaires et municipales, c’est qu’il faut être un citoyen canadien et être âgé d’au moins 18 ans ».

Quand et où voter?

Autre nouveauté cette année, les élections scolaires auront lieu le même jour que les élections municipales et que pour les autres commissions scolaires, soit le 24 octobre 2018. Attention toutefois : elles n’auront pas lieu au même endroit.

« Les bureaux de scrutin seront, comme dans le passé, aux écoles de la DSFM », explique Serge Bisson.

Serge Bisson, en entrevue avec Radio-Canada au Collège Louis-RielSerge Bisson est le secrétaire-trésorier de la Division scolaire franco-manitobaine Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Le lieu de vote est basé sur le lieu de résidence dans les quatre régions couvertes par la DSFM (urbaine, Sud, Est, ainsi que Nord et Ouest).

Par exemple, si vous êtes un diplômé de l’École Gabrielle-Roy à Île-des-Chênes, mais vivez maintenant à Saint-Boniface, vous irez voter à l’une des trois écoles de Saint-Boniface.

C'est donc deux arrêts à faire le jour du scrutin, pour les électeurs qui votent à la fois aux municipales et à la DSFM. « Mais au moins, c’est la même journée, souligne Serge Bisson. Quand on va à l’un, on va à l’autre et c’est terminé. C’est pas deux semaines de différence. »

Voter deux fois au scolaire : pourquoi?

La Division scolaire n'est pas une division « territoriale », contrairement aux autres conseils scolaires de la province. Elle ne perçoit donc pas de taxe scolaire directement, mais reçoit sa part des taxes perçues par les divisions scolaires présentes là où elle gère des écoles françaises.

C'est pourquoi un électeur de la DSFM vote deux fois aux élections scolaires: une fois à la DSFM, et une fois pour les commissaires de la Division scolaire présente là où il réside (par exemple, la Division scolaire Louis-Riel). Les électeurs de la DSFM étant aussi des contribuables, ils conservent leur droit de vote pour ces divisions scolaires.

Graphique. En haut, le titre dit : Élections le 24 octobre, 2 arrêts. En bas, deux cases : à g. : bureau de scrutin du quartier pour voter pour : conseiller municipal/maire et commissaires scolaires (sauf DSFM); à d. : école de la DSFM (la plus proche de son domicile) pour voter pour :  commissaires scolaires de la DSFM.Élections scolaires et municipales le 24 octobre : si vous votez aussi à la DSFM, il y a deux arrêts à faire. Photo : Radio-Canada

Comment s’inscrire?

La DSFM ne tient pas de registre préétabli des électeurs potentiels. « Tous les gens qui vont voter, on va leur demander de remplir un formulaire de consentement pour avoir le droit de vote », annonce Serge Bisson.

« On va aussi planifier, quelques semaines avant la date d’élection, des endroits où les gens pourront aller remplir ce formulaire-là d’avance pour avoir des lignes moins longues pendant la journée d’élection. Ça, ce sera communiqué plutôt vers le début septembre. »

En bref, on aura jusqu’au jour même de l’élection pour signer ce formulaire.

Des élèves arrivent au Collège Louis-Riel. Vue de l'extérieur de l'entrée de l'école, un jour d'été.Des élèves arrivent au Collège Louis-Riel. Photo : Radio-Canada

La DSFM assure aussi qu’elle diffusera, d’ici le scrutin, des annonces dans les journaux, réseaux sociaux et sur le web pour expliquer le vote.

On va être curieux de voir le nombre de gens qui se présentent à la prochaine élection.

Serge-Bisson, secrétaire-trésorier de la DSFM

Serge Bisson ajoute que la division reste toujours ouverte à des changements dans le futur.

« Ça fait deux fois qu’on va à travers du processus [de changements]. On va se rencontrer [après] et on va sortir les bonnes choses qui se sont passées et les défis qu’on a eus lors de l’élection. Et ensuite on va réapprocher le gouvernement si jamais on a des suggestions. »

Manitoba

Éducation