•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une jeune athlète de 2 mètres tire profit de sa taille

Miranda Weber pose avec l'équipe de volleyball de son école secondaire.

Miranda Weber a aidé l'équipe de volleyball des Harvest City Reapers à remporter une médaille de l'Association sportive des écoles secondaires de Regina.

Photo : soumis par Miranda Weber

Radio-Canada

Une jeune fille de 18 ans dépasse d'une tête, si ce n'est pas de deux, toutes les membres de son équipe féminine de volleyball à Regina. Sa grande taille ne l'empêche pas d'être fière d'elle-même.

Mesurant 2,15 mètres, Miranda Weber est la plus grande d’une famille de grande taille. Son grand-père et sa mère mesurent 2,03 mètres. Son oncle atteint 2,08 mètres.

« En 3e année, j’avais la taille des élèves de 7e année », se souvient-elle.

Croyez en vous, sachez qui vous êtes et aimez votre corps parce que c'est le seul que vous aurez.

Un conseil de Miranda Weber à ses équipières

Miranda dit qu’elle s’est rapidement habituée au picotement dans ses jambes, qui lui indiquait qu’elle allait avoir une autre poussée de croissance.

« J’étais très maladroite, comme si je marchais sur une paire d’échasses », dit-elle.

Elle ne compte plus le nombre de fois où elle s’est cogné la tête contre les cadres de portes ou les luminaires. « J’ai de la difficulté à entrer dans les voitures de mes amis et c’est presque impossible pour moi de trouver des pantalons ou des vestes qui me vont », dit-elle.

Mais sa taille est devenue un atout lorsqu’elle a commencé à jouer au volleyball, avec les Renegades de la Saskatchewan. Elle étudie à présent en kinésiologie à l’Université de Regina dans l’espoir de devenir psychologue sportive.

Miranda (au centre) pose avec ses parents lors de son bal des finissants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Miranda Weber pose avec ses deux parents. Sa mère, qui mesure un peu plus de 2 mètres, se dit heureuse d'avoir pu inculquer sa fierté d'être grande à sa fille.

Photo : soumis par Miranda Weber

Sa mère, Kathy, sourit en écoutant Miranda parler des bottes de « cowgirl » qu’elle a portées pour son bal de fin d’année. Pour elle, il s’agit d’un signe de confiance en soi, quelque chose qu’elle a elle-même eu de la difficulté à acquérir.

« Je suis vraiment fière de ce que je suis devenue et du fait que j’ai été capable de transmettre cela à ma fille », conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Société