•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissions scolaires : électeurs indifférents, candidats absents?

Une réunion mensuelle de la Commission scolaire franco-manitobaine, en 2017. On y voit une table circulaire, autour de laquelle sont assis les commissaires scolaires.

En 2014, 47 % des commissaires scolaires ont été élus sans opposition dans l’ensemble du Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Radio-Canada

Près de la moitié des commissaires ont été élus sans opposition lors des dernières élections scolaires au Manitoba. Ce manque d'intérêt est plus marqué encore dans les régions rurales, où 58 % des élus n'ont fait face à aucune concurrence.

Un texte de Barbara Gorrand

Si les élections municipales ne suscitent qu’un faible engouement dans les villages du Manitoba, la population se détourne encore davantage des élections aux postes de commissaires scolaires.

En 2014, 47 % des commissaires scolaires ont été élus sans opposition dans l’ensemble de la province. Ce taux est de 58 %, si on exclut les commissions scolaires de Winnipeg.

Des chiffres éloquents

Les dernières élections à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) sont éloquentes. Les sept postes de commissaires disponibles pour les trois régions rurales (est, nord et ouest, sud) ont été pourvus sans opposition en 2014.

Quant à la région urbaine de Winnipeg, elle a vu s’affronter cinq candidats pour les quatre postes ouverts. Dans l’ensemble, le pourcentage de vote sans concurrence était de 63 % pour la DSFM.

Pour le président de la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM), Bernard Lesage, plusieurs facteurs expliquent ce manque d’engagement envers la politique scolaire. La méconnaissance du rôle des commissaires en est un.

Le président de la CSFM Bernard Lesage, assis dans une salle lors d'une réunion. Il parle au micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de la CSFM, Bernard Lesage, réitère la position de la Commission scolaire quant à l'enseignement religieux durant les heures de classe.

Photo : Radio-Canada

Comprendre le rôle de commissaire

« Nous sommes responsables de nos budgets, de nos politiques, des évaluations, énumère-t-il. Mais cela ne doit pas faire peur. L’apprentissage se fait durant la première année de mandat. »

« Mais, si je prends l’exemple de ma région, qui couvre l’ouest et le nord de la province, on parle d’une région qui va de Thompson à Saint-Lazare en passant par Laurier, Saint-Laurent, Notre-Dame-de-Lourdes et Saint-Claude. Ça fait un grand territoire, décrit-il. Un défi aussi grand, cela demande beaucoup, et cela décourage certaines personnes. »

Des postes qui attirent les femmes :

49,9 % des candidats aux postes de commissaires dans la province en 2014 étaient des femmes.

Une promotion nécessaire

À la DSFM, une campagne d’information destinée autant à mobiliser les électeurs qu’à inciter des candidats à se présenter a eu lieu par le biais de publications dans La Liberté tout au long de l’année. Bernard Lesage assure que la médiatisation sera accentuée à compter de la mi-août.

Graphique illustrant la Division scolaire franco-manitobaineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La DSFM présente une campagne promotionnelle et communicationnelle dans le journal La Liberté en vue des prochaines élections en 2018.

Photo : radio-canada

« Pour ceux qui sont intéressés à devenir commissaires, la période de nomination est de 42 jours avant l’élection, donc, vers la mi-septembre. De l’information va sortir dans les journaux, les réseaux sociaux et on encourage les gens à y penser [dès] maintenant », ajoute le secrétaire-trésorier de la DSFM, Serge Bisson.

Les prochaines élections scolaires au Manitoba auront lieu le 24 octobre 2018. Pour la première fois, les élections à la DSFM auront lieu en même temps que les élections municipales et celles des autres commissions scolaires.

Avec des informations de Jacques Marcoux, Camille Gris Roy

Manitoba

Éducation