•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à Toronto : des répartiteurs du 911 témoignent de l'attaque

Un véhicule accidenté avec des policiers autour

Des policiers sur la scène du drame, peu après l'attaque au camion-bélier

Photo : La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une semaine après le drame, deux répartiteurs du 911 et un ambulancier relatent l'horreur dont ils ont été témoins lors de l'attaque au camion-bélier qui a fait 10 morts et 16 blessés.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis

Les pompiers, ambulanciers et policiers qui sont intervenus lors de l'attaque de Toronto sont particulièrement à l'honneur cette année dans le cadre de la journée des premiers intervenants de l’Ontario, célébrée le 1er mai.

John Shirley, répartiteur au 911

Gros plan sur une homme blanc d'une quarantaine d'annéesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le répartiteur du 911 John Shirley

Photo : Radio-Canada / Paul St-Onge

Une minute après le début de l'attaque, le répartiteur au 911 John Shirley répondait à des appels de passants en détresse. « Les appels rentraient presque instantanément, nous étions tous extrêmement concentrés sur la tâche. Un appel à la suite de l'autre, sans arrêt. »

Durant les minutes qui ont suivi, M. Shirley a fait un premier tri des patients au téléphone et a aidé à coordonner les ambulanciers sur le terrain afin que les patients les plus grièvement blessés puissent être secourus en priorité.

J'ai déjà travaillé lors d'accidents importants, mais ce n'était rien à côté de ce massacre.

John Shirley

Comme plusieurs de ses collègues, il a eu de la difficulté à dormir pendant plusieurs nuits après le drame. « Je tente toujours de trouver un sens à tout ça, ce sont des moments qui défilent un après l'autre dans ma tête », dit-il.

Chris Rotolo, ambulancier

Un ambulancier d'environ 30 ans.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ambulancier Chris Rotolo a été l'un des premiers sur la scène du drame.

Photo : Radio-Canada / Paul St-Onge

Chris Rotolo répondait à un autre appel, près des rues Finch et Yonge, lorsqu'il a entendu des appels inquiétants sur la radio d'un policier.

Son partenaire et lui ont rapidement appelé leurs répartiteurs. Ceux-ci ont répondu de se rendre immédiatement sur les lieux du drame.

Avant d'arriver, je ne pouvais m'empêcher de penser, "est-ce qu'il y a encore du danger?"

Chris Rotolo, ambulancier
La foule applaudit des intervenants de première ligne lors d'une veillée à la mémoire des victimes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La foule applaudit des intervenants de première ligne lors d'une veillée en mémoire des victimes.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

« Tout ce qu'on savait, c'est qu'il y avait plusieurs blessés graves à la suite d'une collision avec une fourgonnette », dit-il. À leur arrivée, la scène est chaotique, mais le tri des patients a déjà commencé. M. Rotolo a donc pris rapidement soin d'une personne dans un état critique, et a quitté les lieux pour l'Hôpital Sunnybrook.

« Ce soir-là, j'écoutais le hockey, et puis j'ai vu les nouvelles, et j'ai enfin réalisé l'ampleur du drame. Moi aussi, j'ai eu de la misère à dormir, mais je me console en me disant qu'on a tous fait du mieux qu'on pouvait ».

David Laskovski, répartiteur au 911

Gros plan sur un hommeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Laskovski, répartiteur du 911 à Toronto qui a travaillé lors de l'attaque au camion-bélier

Photo : Radio-Canada / Paul St-Onge

Depuis le drame, un autre répartiteur au 911, David Laskoviski, offre une oreille attentive à ses collègues. Il fait partie d'un programme interne de prévention du choc post-traumatique.

Les blessures particulièrement sanglantes et sérieuses restent ancrées dans nos esprits

David Laskoviski, répartiteur au 911

« Le tueur semblait viser les femmes, et c'est cet élément qui semble particulièrement affecter les intervenants de première ligne à qui je parle », dit-il. « Ils ont de la misère à croire qu'un tel événement ait pu se produire à Toronto, ça porte atteinte à notre perception de la sécurité ».

Le jour de l'attaque, les répartiteurs de Toronto ont reçu 1200 appels au 911 en moins de deux heures, alors qu'ils en reçoivent moins de 400 durant cette période en moyenne.

Avec la collaboration de Philippe de Montigny et Farrah Merali

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur l'attaque au camion-bélier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !