•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aînés font connaître leurs demandes en vue des élections

Les aînés promettent d'être présents lors de la prochaine campagne électorale au Québec.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Cinq associations représentant plus de 700 000 aînés au Québec ont adressé leurs demandes préélectorales aux partis politiques, lundi, afin d'obtenir des engagements de leur part.

Cosignataires du document Pour un Québec digne de ses aînés, elles réclament entre autres : le stationnement gratuit pour les visiteurs dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), un vaccin gratuit contre le zona, des logements mieux adaptés, ainsi que davantage de subventions pour couvrir l'achat de lunettes, d'appareils auditifs et de prothèses dentaires.

Au total, 16 demandes ont été regroupées en cinq thèmes : prévention, soins à domicile et en CHSLD, proches aidants, revenus à la retraite et habitation.

En point de presse à Québec lundi, le président de l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), Donald Tremblay, a déploré l'absence d'un plan global pour les aînés du Québec.

« Jusqu'à maintenant, ce qu'on a vu, ce sont des traitements à la pièce, par crise, par opportunité politique, a-t-il déclaré. Chaque fois qu'il y a quelque chose de soulevé, on le traite à la pièce. Nous, ce qu'on dit, c'est prenons ça dans son ensemble. »

Il a promis que les aînés feront entendre leurs voix tout au long de la campagne électorale provinciale, qui se déroulera cet automne. Les associations espèrent aussi la tenue d'un débat entre les partis sur le thème des aînés.

S'il est vrai que les aînés ne peuvent pas faire la grève, ils peuvent toutefois « se retirer complètement » d'une foule d'activités bénévoles, ont menacé les associations, lundi.

« Ce serait une catastrophe, a affirmé M. Tremblay. Les personnes de 65 ans et plus [...] en nombre d'heures, ce sont elles qui en font le plus. »

« À chaque présence partout au Québec, lors de la campagne électorale, il risque de se retrouver des représentants d'aînés dans les salles, où on va poser des questions, défier, lancer le défi : "Quel est votre plan vous dans votre parti?" » a-t-il ajouté.

Absence de consultations publiques

Le Québec compte environ 100 000 aînés de plus chaque année. En 2031, ce sera plus du quart de la population qui aura 65 ans et plus.

Lundi, les associations se sont dites frustrées que les états généraux qu'elles réclamaient pour nourrir la prochaine politique « Vieillir et vivre ensemble » du gouvernement Couillard n'aient jamais eu lieu. Les dernières consultations publiques sur le sujet remontent à 2007.

La ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau, a rencontré pendant plus d'une heure les cinq associations afin qu'elles lui présentent leurs revendications en vue des prochaines élections. Elle a écouté attentivement leurs doléances, a affirmé son attaché de presse, Marc Lapointe, dans un courriel.

« Notre gouvernement est en accord avec l'importance que l'on doit accorder à la qualité de vie de nos aînés au Québec. C'est pourquoi notre gouvernement a mis en place des plans d'action, des politiques ainsi que des lois afin d'offrir des milieux de vie sains et sécuritaires aux personnes aînées et de protéger les plus vulnérables », a dit la ministre dans une déclaration écrite.

Elle cite en exemple la loi 115 sur la maltraitance, adoptée en mai 2017. La pièce législative rend obligatoire la dénonciation d'actes répréhensibles dans les CHSLD, mais ne prévoit aucune sanction pénale.

La ministre rappelle aussi avoir ajouté des travailleurs dans le réseau, et présenté un deuxième plan d'action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les aînés, assorti d'une enveloppe de 45,8 millions de dollars sur six ans.

Les associations signataires du document Pour un Québec digne de ses aînés sont : le Réseau FADOQ, l'AQRP, l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ), l'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) ainsi que le Regroupement interprofessionnel des intervenants retraités des services de santé (RIIRS).

Politique provinciale

Politique