•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford affirme vouloir vendre la ceinture de verdure

Une carte du sud-ouest de l'Ontario

Le Golden Horseshoe, en gris. La ceinture de verdure, en vert.

Photo : Gouvernement de l'Ontario

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef progressiste-conservateur apparaît dans une vidéo publiée sur les médias sociaux dans laquelle il affirme vouloir vendre à des promoteurs immobiliers une importante portion de la ceinture de verdure qui couronne le Golden Horseshoe.

Radio-Canada n'a pas pu vérifier l'authenticité de la vidéo ni la date à laquelle elle a été tournée. Doug Ford y mentionne qu'il se trouve à Scarborough. Le Parti libéral est celui qui a souligné l'existence de cette vidéo aux médias lundi matin.

On y voit M. Ford discuter en compagnie d'une dizaine de personnes.

Nous devons ouvrir pas toute la ceinture de verdure, mais il y a certaines régions qui n'ont pas besoin d'être [dans la] ceinture de verdure.

Une citation de : Doug Ford, chef progressiste-conservateur, dans la vidéo en ligne

« J'ai déjà parlé à quelques-uns des plus grands promoteurs du pays et encore une fois je voudrais pouvoir dire que c'est mon idée, mais c'était aussi leur idée : "Donnez-nous de la propriété, nous construirons et ça permettra d'abaisser le coût [de l'immobilier]". C'est mon plan pour le logement abordable », affirme M. Ford dans la vidéo.

La ceinture de verdure est une région protégée par la loi qui couronne le Golden Horseshoe. Celui-ci s'étend de Niagara Falls à Oshawa. La loi qui protège la ceinture de verdure a été passée par le gouvernement ontarien en 2005.

M. Ford ne dément pas

Questionné au sujet de cette vidéo lors d'un événement de presse à Whitby, lundi, le chef progressiste-conservateur a déclaré qu'il était favorable à l'existence d'une ceinture de verdure, mais qu'il pourrait retirer des portions de terrain qui sont soumises à la loi pour y permettre du développement résidentiel. Il a affirmé vouloir ainsi augmenter l'offre résidentielle et du même coup réduire le coût de l'immobilier dans la région.

Il a de plus assuré que les portions qui seront enlevées de la ceinture de verdure seront remplacées.

M. Ford a également soutenu qu'il n'y a plus d'espace pour construire de nouvelles résidences dans le Grand Toronto.

Or, dans un point de presse lundi matin à Queen's Park, le ministre de l'Environnement a contredit M. Ford.

Chris Ballard a déclaré qu'au contraire, il existe beaucoup de terrains disponibles pour la construction résidentielle : l'équivalent de deux fois la superficie de Mississauga, selon lui.

Le ministre de l'Environnement et de l'Action contre les changements climatiques, Chris Ballard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de l'Environnement et de l'Action contre les changements climatiques, Chris Ballard.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

La ceinture de verdure représente plus de 8000 kilomètres carrés et inclut par exemple la moraine d'Oak Ridges et l'escarpement du Niagara. Il s'agit d'une superficie plus grande que l'Île-du-Prince-Édouard.

Ouvrir la ceinture de verdure pour le développement ne fera qu'enrichir davantage les développeurs immobiliers et éliminer pour toujours des terres agricoles et de nature vierge.

Une citation de : Chris Ballard, ministre de l'Environnement

Fortes réactions des environnementalistes

Dans un communiqué publié lundi, le groupe Environmental Defense renchérit en disant que la ceinture de verdure protège les terres agricoles, l'approvisionnement local en aliments et en eau potable de même que l'habitat de la faune. « Les efforts pour ouvrir la ceinture de verdure sont conçus pour permettre aux spéculateurs fonciers de construire des maisons monstres, avec des profits immenses, dans des régions éloignées », peut-on lire dans le communiqué.

Des données provenant d'une étude publiée en mars 2017 par Neptis indiquent qu'il y a assez de terrains disponibles pour le développement immobilier dans la grande région de Toronto jusqu'en 2023.

De son côté, le Parti vert a qualifié le plan des conservateurs d'« idiot ». « Cela démontre simplement que Doug souhaite davantage remplir les poches de ses grands amis les développeurs que faire respecter les intérêts des Ontariens », a déclaré le chef des verts, Mike Schreiner, lundi. « Il est faux de prétendre que la ceinture de verdure cause la hausse des prix des logements », a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !