•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation du cannabis : un casse-tête pour les propriétaires de condo

Le reportage de Marie-Laurence Delainey
Radio-Canada

La légalisation du cannabis dans quelques mois déchaîne les passions dans les assemblées de copropriétés du Québec. Alors que de nombreux propriétaires souhaitent empêcher sa consommation sur les balcons, d'autres souhaitent carrément l'interdire à l'intérieur des unités de condos.

Un texte de Marie-Laurence Delainey

« En général, la majorité des syndicats de copropriétés sont nerveux pour éviter la propagation et le problème d’odeur généralisée dans les immeubles. Donc, on est à réglementer pour pouvoir atténuer l'usage dans les unités privatives », explique le gestionnaire de condos Imhotep, Henri Lamarre.

Au Québec, il sera interdit de consommer du cannabis dans les lieux publics, les mêmes lieux où le tabac est interdit, et dans les aires communes des immeubles d'habitation. Il sera cependant permis d'en consommer chez soi, sauf si un règlement d'immeuble l'interdit.

L'Association des syndicats de copropriétés du Québec reçoit de nombreuses questions à ce sujet, souligne son président-directeur général Michel G. Charlebois.

« À peu près le tiers des membres a appelé en disant : "Qu’est-ce que je fais avec ça? " », raconte-t-il.

Une question de vote

La réponse n'est pas simple : il sera possible d'interdire la marijuana sur les balcons à condition d'obtenir une majorité des voix. Mais interdire sa consommation à l'intérieur des unités sera pratiquement impossible, car il faudrait un vote unanime, selon M. Charlebois.

« Je n’ai pas de déclaration de copropriétés, et j'en ai lu quelques milliers, qui interdit le droit de fumer. Pour enlever ce droit-là, je suis obligé d'avoir votre permission, explique-t-il. C'est un article très précis du Code civil qui dit ça. Pour vous l’enlever, c'est 100 % [des voix]. »

Il y a plus de 320 000 condos au Québec.

Sophie Lemieux, qui demeure dans un immeuble à condos à Montréal, souhaite pour sa part interdire la consommation de marijuana sur les balcons, mais pas à l’intérieur des unités.

« Les balcons, ils sont vraiment proches. L'odeur, si nous on décide qu’on veut être dehors, c'est sûr qu'on va sentir une draught. On ne sait pas qui d'autre qui est sur les balcons à côté, il pourrait y avoir des enfants, des animaux, ce n’est pas sain pour eux la fumée », précise Mme Lemieux.

De l’avis d'un administrateur de copropriétés, Salvador Masso, il n'y a pas de quoi s'affoler.

« C'est mettre la charrue devant les bœufs. Comme si demain matin les gens se mettaient à fumer beaucoup plus de cannabis qu’ils n’en fumaient déjà ou ceux qui n’en fumaient pas, se mettaient à en fumer », dit-il.

Après un passage houleux au Sénat canadien, le projet de loi visant la légalisation du cannabis sera soumis à un vote final en juin prochain. La vente au détail ne se fera donc pas avant le mois d’août.

Société