•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développer la passion de cuisiner chez les adolescents

L'équipe de l'École polyvalente La Pocatière.

L'équipe de l'École polyvalente La Pocatière

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Une quinzaine de jeunes de quatre écoles secondaires du Bas-Saint-Laurent ont rivalisé de créativité dans une compétition culinaire qui se tenait à Rimouski dimanche. Selon les organisateurs, l'événement montre que la cuisine gagne en popularité chez les jeunes.

Un texte d’Ariane Perron Langlois

Les équipes représentant les écoles secondaires de Rimouski, Squatec, Saint-Pascal et La Pocatière se sont affrontées pour les quarts de finale du Bas-Saint-Laurent.

Les jeunes, âgés de 12 à 17 ans, avaient une heure pour concocter un plat dans lequel ils devaient obligatoirement intégrer un brocoli, des carottes et un filet de porc.

L'équipe de l'École secondaire Paul-Hubert, de Rimouski.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'équipe de l'École secondaire Paul-Hubert de Rimouski

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Organisé par la Tablée des chefs, le programme des Brigades culinaires est implanté dans 100 écoles secondaires de la province. Il vise à développer l'autonomie alimentaire chez les jeunes et à promouvoir les saines habitudes de vie. L’organisme espère doubler le nombre d’écoles participantes d’ici 2019.

Les organisateurs de ces Brigades culinaires constatent un regain de popularité pour la cuisine dans plusieurs écoles du Québec.

L'équipe de l'École secondaire Chanoine-Beaudet, de Saint-Pascal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'équipe de l'École secondaire Chanoine-Beaudet de Saint-Pascal

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

« J’aime ça, je cuisine beaucoup chez moi. Ça permet de développer notre créativité », témoigne Ana Berteaux, de l’École secondaire Paul-Hubert, de Rimouski.

« J’aime passer du temps en famille, parce que souvent quand je fais à manger, je le fais avec ma famille. J’aime apprendre des nouvelles choses », ajoute Élisa Pelletier, membre de l’équipe de l’École polyvalente La Pocatière.

C’est pratique dans la vie! L’an prochain, je m’en vais au cégep en appartement. Cuisiner, c’est très important. Le fait de se débrouiller soi-même, c’est le fun.

Félix-Anthony Lagacé, membre de l’équipe de l’École secondaire Paul-Hubert, de Rimouski
Élisa Pelletier, membre de la brigade de l'École polyvalente La PocatièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Élisa Pelletier, membre de la brigade de l'École polyvalente La Pocatière

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le monde de l’alimentation en transformation

L'équipe de l'École secondaire Paul-Hubert, de Rimouski, a remporté la compétition. L’équipe gagnante a été déterminée par un jury formé de six personnes, dont la chef du restaurant Chez St-Pierre, au Bic, Colombe St-Pierre.

Mme St-Pierre affirme que c’est toute la société qui revoit sa relation avec l’alimentation.

« Les jeunes suivent le mouvement. L’alimentation intéresse de plus en plus de monde, parce qu’il y a des choses qui ont été chamboulées, transformées, avec l’époque de la mondialisation, et là on requestionne notre alimentation. On essaye de recentrer nos énergies vers quelque chose de plus éthique, de plus environnemental », illustre Mme St-Pierre.

Ça commence comme ça. Plus jeune tu es en contact avec la cuisine, mieux tu vas te débrouiller plus tard. C’est vraiment d’actualité de dire qu’on surveille notre alimentation, qu’on est de plus en plus près des produits.

Colombe St-Pierre, chef du restaurant Chez St-Pierre et membre du jury
Les quatre équipes avaient une heure pour réaliser leur plat.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les quatre équipes avaient une heure pour réaliser leur plat

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Un autre quart de finale opposera les équipes des écoles secondaires de Matapédia, de Sainte-Anne-des-Monts et de Mont-Joli. La compétition aura lieu le samedi 5 mai à Mont-Joli.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Alimentation