•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Netflix et les autres services en ligne bientôt plus populaires que le câble

Une main tenant une télécommande devant une série de logos du service Netflix.

Netflix mène la charge des services qui coupent l'herbe sous le pied des câblodistributeurs.

Photo : Reuters / Mike Blake

Radio-Canada

D'ici deux ans, les services de diffusion en ligne tels que Netflix seront plus populaires au pays que la télévision câblée, prédit une nouvelle étude. D'ici la fin de 2020, 10,6 millions de Canadiens seront abonnés à de tels services, prévoit le groupe de recherche marketing Convergence Research Group. Il s'agit d'environ 400 000 abonnés de plus que les 10,2 millions de personnes qui seront abonnées à la télévision traditionnelle.

Au dire du président de Convergence Research Group, Brahm Eiley, « c'est un peu le calme avant la tempête ».

Selon lui, la croissance du nombre d'abonnés à Netflix, combinée à l'apparition de compétiteurs sur ce marché, comme Amazon Prime Video, alimentera une transformation radicale des habitudes des Canadiens en matière de consommation de contenu vidéo, les téléspectateurs délaissant le câble pour se tourner vers le web.

L'étude révèle un recul d'environ 2 % du nombre d'abonnements au câble en 2016 et 2017, en plus de prévoir par la suite un recul annuel de 2,6 % jusqu'en 2020.

Pendant ce temps, on a enregistré une croissance de 24 % du nombre de foyers abonnés à des services de diffusion en 2017, comparativement à l'année précédente.

C'est Netflix qui possède le plus de parts du marché, suivi d'Amazon et du service CraveTV, de Bell.

Ces données ne sont aucunement surprenantes pour Irene Berkowitz, une spécialiste de l'industrie, qui estime que le déclin de la télévision traditionnelle est inévitable, le phénomène étant alimenté par une demande en faveur de services de diffusion plus abordables et généralement plus faciles d'utilisation.

L'effet Netflix

Parallèlement à ce recul, Netflix continue de renforcer son offre, ajoutant davantage de contenu à la bibliothèque de titres canadiens et créant des séries originales.

Il en résulte, explique M. Eiley, que le nombre d'abonnements canadiens à Netflix a triplé ces cinq dernières années, pour atteindre 6,4 millions. Le chercheur prédit que la tendance haussière se poursuivra jusqu'au point où, d'ici six ans, il y aura plus de Canadiens abonnés à ce type de service que de clients de câblodistributeurs.

Netflix est, en soi, une véritable bête, une machine. Je ne sais pas comment mieux le décrire.

Brahm Eiley, président de Convergence Research Group

La concurrence s'intéresse par ailleurs au marché canadien, ce qui devrait alimenter l'engouement pour ce genre de services.

Amazon Prime Video est ainsi disponible au pays depuis la fin de 2016 et continue de renforcer son offre de contenu canadien.

Parmi les autres nouveaux joueurs, on compte les services sportifs NOW et DAZN, ainsi que BritBox, qui présente de la programmation britannique. La semaine dernière, la chaîne américaine CBS a lancé une version canadienne de son application donnant accès à ses émissions. Apple ne devrait pas non plus être en reste et devrait bientôt lancer son propre service de diffusion.

Loin d'être la fin

Est-ce à dire que l'on peut prévoir la fin des câblodistributeurs et de la télévision câblée? Pas si vite, estiment des experts : les Canadiens continuent d'être fidèles à leur abonnement à la télévision câblée et le déclin de l'industrie pourrait se poursuivre pendant encore des décennies.

Plusieurs abonnés évoquent également l'accès aux chaînes sportives et aux services d'information comme argument pour conserver leur abonnement au câble.

Autre avantage pour les grands joueurs de la câblodistribution : ceux-ci sont bien souvent aussi des fournisseurs d'accès à Internet. Et puisque tous ces services en ligne nécessitent des connexions rapides et une bande passante importante, l'industrie a de beaux jours devant elle.

Comme de fait, les revenus des abonnements à Internet ont atteint 8,7 milliards de dollars au pays l'an dernier, dépassant pour la première fois les revenus d'abonnement au câble.

Avec les informations de CBC

Télécommunications

Économie