•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bloc québécois : Martine Ouellet gagne la première manche

La candidate à la chefferie du Bloc québécois, Martine Ouellet

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Les délégués du Bloc québécois réunis en conseil général à Drummondville ont finalement approuvé les demandes de la chef du parti, Martine Ouellet, dimanche, alors que la gronde montait en matinée et que des frondeurs souhaitaient désavouer leur leader.

Ainsi, les membres du parti se prononceront sur le sort de la chef le 1er et 2 juin, comme ce que préconisait la chef, et le seuil fixé pour que Martine Ouellet demeure en poste est de 50 % + 1.

Les dissidents souhaitaient plutôt que le vote de confiance ait lieu le 15 mai, soit deux semaines plus tôt, que le seuil soit fixé à 75 % et que la proposition de référendum du bureau national soit annulée.

La tentative, menée par 42 associations de circonscription, de devancer la tenue du vote de confiance a donc échoué. Le député et président du parti Mario Beaulieu, autrefois un fidèle allié de Martine Ouellet, appuyait d'ailleurs cette proposition.

Le vote du début juin aura lieu au suffrage universel et sera assorti d'un référendum sur la mission du parti comme promoteur de l'indépendance du Québec.

C'est gagnant pour l'ensemble du parti. Ce sont les membres qui décident, c’est ça, la démocratie interne, et on est retournés au suffrage universel des membres.

Martine Ouellet

Cette nouvelle crise qui secoue le Bloc a pour origine le départ de sept des dix députés du parti, le 28 février. L'un d'eux, Luc Thériault, avait résumé le sujet de la discorde en ces termes : le parti est aux prises avec un « problème de leadership flagrant ».

Pour Gilles Duceppe, ex-chef du Bloc, les événements de dimanche ne suffiront pas à sortir le parti de la crise. « Je crois que les sept députés démissionnaires ne reviendront pas », a-t-il déclaré dimanche sur les ondes d’ICI RDI.

Même qu'un huitième député pourrait bientôt se joindre à eux. « Je n’ai plus confiance en Martine Ouellet », a déclaré Mario Beaulieu au terme du congrès.

Mario Beaulieu pourrait bientôt rejoindre les sept députés démissionnaires du Bloc québécois.

Mario Beaulieu pourrait bientôt rejoindre les sept députés démissionnaires du Bloc québécois.

Photo : Radio-Canada

Le député de La Pointe-de-l’Île n'a pas voulu dire s'il restera député et président du Bloc. « On verra », a-t-il simplement offert, ajoutant qu'il devait « encaisser le coup » avant de prendre une décision.

« Le moins que l’on puisse dire, a ajouté Gille Duceppe, dimanche, c’est qu’il n’y a pas une très grande unité dans ce parti. Il y a sept députés qui ont quitté, on ne sait trop ce qui va arriver avec Mario Beaulieu, il y a des militants qui parlent de partir, il y a beaucoup de mécontentement. »

Conseil général tendu

Environ 200 militants bloquistes se sont donc réunis dimanche en conseil général pour choisir une façon de sortir de cette crise.

En début de journée, Martine Ouellet a accusé les sept députés dissidents d'avoir alimenté des « fake news » à son sujet et d'être « en rupture avec la démocratie interne » du parti.

La chef du Bloc québécois leur a ensuite tendu la main.

« Ces sept démissionnaires-là, ce qu'ils nous ont fait, ils nous ont fait tomber actuellement et nous ont fait mettre du temps sur de la régie interne plutôt que de mettre du temps à faire avancer et à faire rayonner le Bloc québécois », a-t-elle dénoncé, ce qui a déclenché une salve d'applaudissements.

« Pour les démissionnaires, de faire le débat public de dire qu'ils trouvent que leur chef parle trop d'indépendance, une chef de parti indépendantiste, ça ne fait pas très chic, c'est un peu gênant, a-t-elle poursuivi. À ce moment-là, ils ont fait diversion et là vous avez vu le débat a porté sur ma personnalité, mon style de leadership.

« Je peux vous dire que ce n'est pas facile à vivre quand on entend dans les médias, des histoires inventées, des faussetés qui sont répétées ad nauseam, des "fake news", a-t-elle continué. Des fois, on ne devrait peut être pas s'inspirer de ce qui se passe au sud de la frontière. »

La chef s'est défendue d'être intransigeante et contrôlante et a plutôt affirmé qu'elle exigeait de la rigueur. Elle a écorché au passage Gilles Duceppe, « reconnu pour contrôler le parti d'une main de fer pas de gant de velours » et d'avoir imposé son équipe parlementaire après son retour à la tête du parti en 2015, une façon de faire « anti-démocratique ».

La crise est plutôt due à une lutte de pouvoir récurrente entre les « proactifs » et les « attentistes », a-t-elle soutenu.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique