•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fondateur de Burning Man est mort

Lors de l'avant dernier jour de Burning Man, un homme en bois est brûlé.
Lors de l'avant dernier jour de Burning Man, un homme en bois est brûlé. Photo: Associated Press / Andy Barron

Larry Harvey, icône de la contre-culture à l'origine du festival Burning Man, est mort samedi à l'âge de 70 ans, quelques semaines après avoir subi un accident vasculaire cérébral.

Marian Goodell, PDG du Burning Man Project, a indiqué dans un billet publié sur le site de l’organisation que le fondateur du festival est mort dans un hôpital de San Francisco.

M. Harvey était hospitalisé depuis son AVC du 4 avril.

« Nous avons résolument tenu bon pour un miracle, a écrit Mme Goodell dans son hommage. S'il y avait quelqu'un d’assez tenace et de têtu pour survivre à ça, c'était Larry. Bien que nous espérions tous qu'il s’en remette, il est mort en paix ce matin à 8 h 24 à San Francisco, entouré de membres de sa famille. »

Larry Harvey a créé Burning Man sur une plage de San Francisco en 1986. Au fil des ans, l’événement inspiré par l'art et le brûlage symbolique d'un homme de bois géant est devenu si populaire qu’il a établi ses pénates dans le désert Black Rock, au Nevada.

Chaque année pendant une semaine, le désert de Black Rock devient une véritable ville composée de véhicules récréatifs de toutes sortes. Le festival attire bon an mal an environ 70 000 participants. Chaque année pendant une semaine, le désert de Black Rock devient une véritable ville composée de véhicules récréatifs de toutes sortes. Le festival attire bon an mal an environ 70 000 participants. Photo : Reuters / Jim Urquhart

À 70 ans, le fondateur était toujours fortement impliqué dans Burning Man, qui attire des dizaines de milliers de personnes chaque année à Black Rock, à environ deux heures au nord de Reno.

On lui doit notamment les noms des rues de Black Rock City. Il contribuait également chaque année à la conception de l'effigie centrale de l'événement, brûlée l'avant-dernière nuit du festival, qui dure une semaine.

Alors que Burning Man attire les adeptes de la méditation, de l'art ou encore ceux qui aiment se déguiser et danser, l’événement est centré autour de 10 principes créés par Larry Harvey.

Des Burners (participants du festival) dansent dans le désert de Black Rock. Des Burners (participants du festival) dansent dans le désert de Black Rock. Photo : Associated Press / Andy Barron

Selon ce qu’a déjà raconté l’homme, il aurait écrit ces « 10 commandements » dans un café, au Mexique, en 2004. Ces principes, qui incluent notamment l'autonomie radicale, l'inclusion et l'expression de soi, visent à offrir aux Burners (les participants du festival) la chance de vivre l’expérience la plus enrichissante possible.

Larry Harvey a aussi donné plusieurs versions de l’histoire derrière la construction d’un homme en bois et de son brûlage sur une plage, en 1986. Une d’entre elles, racontée à un journaliste sur un ton badin, voulait que le personnage représente une ex-petite amie. Ce n'est pas le cas, mais la farce est demeurée.

Ces dernières années, l’homme a été critiqué pour avoir fait de Burning Man un projet lucratif d’une ampleur démesurée. D'autres considèrent qu’il était devenu une sorte de gourou.

Dans son billet hommage, Marian Goodell explique que Larry Harvey n'a jamais aimé les étiquettes parce qu'« il ne pouvait pas être catégorisé » et qu'il « était authentique à 100% ».

Larry Harvey, fondateur de Burning Man, en 2011Larry Harvey, fondateur de Burning Man, en 2011 Photo : The Associated Press / John Curley

« Pour tous ceux qui le connaissaient ou qui travaillaient avec lui, il était un paysagiste, un philosophe, un visionnaire d’une grande intelligence, un écrivain, une source d'inspiration, un instigateur, un mentor et, à un moment donné, un chauffeur de taxi et un messager à vélo. Il a toujours été un défenseur passionné de notre culture et des principes qui émanent de l'expérience de Burning Man dans le désert de Black Rock », a-t-elle écrit.

Elle a ajouté que sa mort est une grande perte pour ce qui est devenu un mouvement, mais que cela ne les ralentirait pas.

« La perte de sa présence dans notre vie quotidienne sera ressentie pendant des années, mais grâce à l'esprit de ce qu'il est, nous ne serons jamais vraiment sans lui. Larry serait le premier à dire que ce n'est pas la fin, mais le début d'un nouveau chapitre, et que nous avons tous un rôle à jouer », conclut-elle.

Avec les informations de Associated Press, et USA Today

Amériques

International