•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

9 ans d'inondations à Vassan : des citoyens exaspérés réclament une solution durable

Le niveau de l'eau monte autour de la maison de Pierre Faucher.
Le niveau de l'eau monte autour de la maison de Pierre Faucher. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Radio-Canada

Depuis près de neuf ans, des citoyens du secteur Vassan, à Val-d'Or, affirment subir des inondations printanières en raison de l'absence, selon eux, d'intervention adéquate de la part de différents acteurs qui sont au service du public.

Un texte de Thomas Deshaies

L'un d'eux, Daniel St-Arnaud, est persuadé que ces inondations sont causées par un plan d'intervention inapproprié de la part du ministère des Transports du Québec pour assurer la circulation de l'eau via les ponceaux 22 et 23, situés sous la route 111. Dans ce secteur, un ruisseau s'écoule vers Val-d'Or et passe sous la route. « Il y a des embâcles créés en aval et en amont. Donc, ça contribue à geler tout le fossé qui est situé sur le côté nord de la route 111 », explique-t-il.

Un bâtiment situé sur son terrain est régulièrement inondé et il affirme devoir vivre chaque année avec le stress de subir de nouveaux dégâts. « Ça retarde aussi la préparation pour les cultures », déplore-t-il.

Les champs sont inondés.Les champs sont inondés. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Un stress que vit aussi un autre citoyen, Pierre Faucher, qui doit installer une pompe pour évacuer l'eau qui s'infiltre dans son sous-sol. « Ça s'infiltre dans le drainage de la maison, puis là ça commence à rentrer par une couple de fissures du solage, déplore-t-il. C'est de même chaque année. »

Le niveau de l'eau monte dangereusement autour de la maison de Pierre Faucher.Le niveau de l'eau monte dangereusement autour de la maison de Pierre Faucher. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Selon M. Faucher, les inondations seraient de plus en plus importantes. « Il y a un nouveau fossé [plus au nord] de creusé qui prend une partie d'eau qui allait ailleurs avant, puis qui l'amène chez nous », explique-t-il.

Des interventions du MTQ qui ne respectaient pas les recommandations d'une firme

Après avoir commandé un rapport en 2013 à la firme d'ingénierie Dessau, qui a formulé plusieurs recommandations, le ministère des Transports a procédé à des travaux, dont l'allongement des ponceaux et de l'empierrement dans les fossés.

Chaque printemps, Pierre Faucher doit installer une pompe afin de sortir l'eau de son sous-sol. Chaque printemps, Pierre Faucher doit installer une pompe afin de sortir l'eau de son sous-sol. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le MTQ n'a toutefois pas suivi l'ensemble des recommandations, dont celle qui suggérait de construire un ponceau d'un diamètre plus important, pour remplacer les deux ponceaux de plus petite taille situés sous la route 111. Le rapport, que nous avons pu consulter, spécifiait que la capacité des ponceaux se situait « près de la limite ».

Durant notre visite des lieux, l'eau a commencé à s'infiltrer par les fissures dans les fondations. Durant notre visite des lieux, l'eau a commencé à s'infiltrer par les fissures dans les fondations. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le MTQ, qui a effectué une visite le 27 avril au matin, estime toutefois que les ponceaux ne sont aucunement en cause. « L'eau coule très bien dans les ponceaux, c'est au même niveau des deux côtés de la route, précise Luc Adam, conseiller en communication au ministère. L'eau est retenue dans les terres un peu plus loin, sur une terre avoisinante. On a avisé la MRC ce matin de la problématique. »

Chaque printemps, Pierre Faucher doit installer une pompe afin de sortir l'eau de son sous-sol.Chaque printemps, Pierre Faucher doit installer une pompe afin de sortir l'eau de son sous-sol. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Qui est responsable?

Du côté du Service de l'aménagement de la MRC de la Vallée-de-l'Or, on explique que leur responsabilité est effectivement d'assurer le bon écoulement de l'eau et d'intervenir lorsqu'il y a une obstruction. Toutefois, c'est à la Ville de dépêcher les effectifs sur le terrain, puisque la MRC ne possède pas les ressources pour le faire. Il y a une entente claire entre les deux entités.

L'eau s'accumule en bordure de route. L'eau s'accumule en bordure de route. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Du côté de la Ville de Val-d'Or, on assure surveiller la situation de près. Il n'y aurait toutefois pas de menace à l'heure actuelle pour les résidents, fait-on savoir.

On n'était cependant pas encore en mesure de nous confirmer, vendredi après-midi, qu'un plan d'intervention durable serait mis sur pied. « Il y aura certainement lieu d'avoir des discussions », concède le directeur des communications à la Ville, Robert Migué.

Daniel St-Arnaud veut une solution durable. Daniel St-Arnaud veut une solution durable. Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Les citoyens réclament une rencontre avec les responsables du MTQ et les autres représentants impliqués dans le dossier, pour qu'un plan d'action soit établi. « Ça s'envoie la balle d'un à l'autre, mais il n'y a rien qui avance dans le dossier », s'insurge Pierre Faucher.

Abitibi–Témiscamingue

Conditions météorologiques