•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FIQ se dit victime d'intimidation du CISSS du Bas-Saint-Laurent

La présidente de la FIQ Nancy Bédard était de passage au Bas-Saint-Laurent pour rencontrer ses membres.

La présidente de la FIQ Nancy Bédard était de passage au Bas-Saint-Laurent pour rencontrer ses membres.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Bergeron

Radio-Canada

De passage au Bas-Saint-Laurent pour dénoncer la surcharge de travail imposée aux infirmières, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard, accuse le Centre intégré de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) d'avoir intimidé un conseiller syndical.

Un texte de Patrick Bergeron

Selon les informations véhiculées par la présidente de la FIQ, un conseiller syndical aurait reçu un appel pendant lequel on lui aurait évoqué la possibilité d'être sanctionné; il aurait fait visiter un étage du centre hospitalier de Témiscouata-sur-le-Lac à la présidente du syndicat.

On est plus que sous la loi de l'omerta. On veut cacher des choses. Et ça pose énormément de questions!

Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

De son côté, la direction le CISSS du Bas-Saint-Laurent réfute ses allégations. Aucune sanction ne sera imposée au conseiller syndical. La porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Lise Chabot, souligne qu'une lettre d'entente avec le syndicat mentionne clairement que les représentants syndicaux n'ont pas le droit d'aller à la rencontre de leurs membres sur les étages des centres hospitaliers.

Un projet pour réduire la surcharge de travail

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, a également dévoilé un projet de ratios professionnels soins/patients, qui aura lieu au Centre hospitalier régional du Grand Portage de Rivière-du-Loup.

Au total, treize projets sur les ratios professionnels en soins par rapport au nombre de patients démarreront d'ici l'été, et quatre projets, au cours de l'automne 2018.

À Rivière-du-Loup, le projet sera réalisé au département de médecine de l'hôpital. La durée du projet-ratios est d'un peu plus de six mois.

Nancy Bédard rappelle que 50 % des infirmières au Bas-Saint-Laurent travaillent à temps partiel. Elle croit qu'en leur offrant un emploi à temps plein, le ratio de patient à suivre pour chaque infirmière diminuera, ce qui permettrait d'améliorer l'atmosphère de travail et la qualité des soins.

Il faut s'assurer que notre main-d'oeuvre disponible est au travail et c'est à ce moment-là qu'on pourra voir s'il y a des manques.

Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

La FIQ rappelle que le ministre de la Santé a confirmé que des sommes seront consenties à l'embaucher de plus de personnel pour réaliser ces différents projets-pilotes à travers le Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Hôpitaux