•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’essence est-elle assez chère?

Le prix du litre d'essence atteint 143,9 cents, le 13 avril 2018 au matin.

Le prix du litre d'essence atteint 143,9 cents le 13 avril 2018 au matin.

Photo : Radio-Canada / Alain Béland

Radio-Canada

La décision du géant américain Ford de cesser de produire des petits véhicules pour le marché nord-américain frappe l'imaginaire. Dorénavant, 90 % des véhicules distribués en Amérique du Nord par cette entreprise seront des voitures de sport, des véhicules utilitaires sport et des camionnettes. Ford ne fait que répondre à la demande...

Un texte de Gérald Fillion

Parmi les 10 véhicules neufs les plus vendus au Québec en 2017, on retrouve en première position les véhicules de la série F de Ford, 25 386 ventes l’an dernier. Suivent quelques petits et moyens véhicules, la Civic, la Corolla et l’Elantra, puis les camions RAM, le GMC Sierra et les véhicules utilitaires sport Rogue, Rav-4 et CR-V. Au 10e rang, la petite Mazda 3!

En 2017, au Canada, le nombre de véhicules neufs vendus a augmenté de 4,7 % pour atteindre un niveau historique de plus de 2 millions d’automobiles et de camions achetés par les consommateurs canadiens, un total exact de 2 076 945.

Près de 7 véhicules sur 10 vendus en 2017 sont des camions. Et de ce nombre, 8 sur 10 ont été fabriqués en Amérique du Nord.

Depuis 5 ans, les ventes de camions ont grimpé de plus de 40 % au Canada alors que les ventes d’automobiles ont chuté de 15 %. La part des camions dans le marché des véhicules neufs vendus est ainsi passée de 57 % à 69 % de 2013 à 2017.

Cap sur le F-150!

Il n’est donc pas étonnant, dans les circonstances, de voir Ford cesser la distribution de ses petits modèles de Focus, Fusion, Taurus notamment pour le marché nord-américain pour se concentrer sur le F-150 ou la Mustang.

GM fait un peu la même chose : l’entreprise a annoncé jeudi la création de 700 emplois pour accélérer la fabrication de véhicules utilitaires sport destinés au marché de l’Océanie. En retour, l’entreprise a annoncé récemment la suppression de 1500 emplois dans la fabrication de voitures compactes.

Ford et GM répondent à la demande. Américains et Canadiens aiment les plus gros véhicules, les « pick-ups » comme les VUS, et c’est pourquoi ces entreprises préfèrent investir dans leur développement plutôt que de s’entêter à offrir de plus petits véhicules, dont la demande, par ailleurs, est au rendez-vous en Europe et en Asie, des marchés plus denses.

On consomme beaucoup d’essence!

La majorité des gens veulent des machins plus gros! La Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, dans son dernier bilan de l’énergie au Québec, écrivait que, malgré nos grands discours environnementaux, « les Québécois sont plus que jamais des consommateurs d’essence et de diesel, achètent des véhicules toujours plus gros et des maisons sans cesse plus grandes, ce qui annule les gains réalisés en efficacité énergétique. »

« Avec 9,6 milliards de litres vendus en 2016, soit 8,2 % de plus qu’en 2015, l’essence est le principal produit pétrolier écoulé au Québec, suivi du diesel (environ 5 milliards de litres), selon HEC. La croissance des ventes en 2016 va rendre d’autant plus difficile l’atteinte de la cible de réduction de 40 % [des GES] en 2030, telle que définie dans le Plan énergétique du Québec 2030 dévoilée en avril 2016. »

Bien sûr, les constructeurs améliorent de plus en plus l’efficacité de leur plus gros véhicule, pour réduire leur poids et leur consommation d’essence. Mais, dans les faits, un F-150 ou un Rogue coûte plus cher à nourrir qu’une petite Focus, et ce fait-là ne semble pas ralentir l’appétit de l’acheteur moyen.

« En 2014, les voitures consommaient en moyenne 25 % moins de carburant que les camions légers pour parcourir 100 km (8,3 litres contre 11,1) » peut-on lire dans le bilan énergétique.

Paie-t-on assez cher notre essence?

J’ose poser la question qui va me valoir une volée de bois vert : se peut-il que le prix de l’essence ne soit pas assez élevé pour changer les comportements?

En économie, les experts le disent : le prix a un effet sur le comportement. Vous le saviez déjà, j’en suis convaincu! Le prix est important, mais ça dépend du besoin qu’on a et de l’expérience également d’un service ou d’un produit. Ce sont des facteurs qui auront un effet important également sur votre choix de consommation.

Vous allez payer cher pour une expérience exceptionnelle. Vous allez utiliser un service public s’il est accessible et efficace. Et vous allez réduire votre consommation si vous en faites le choix, mais surtout si le prix est prohibitif. Nous souhaitons tous avoir la force de toujours faire les bons choix, mais souvent, plusieurs éléments extérieurs vont orienter notre décision.

Dans le cas de l’automobile, le prix de l’essence à 1,46 $ à Montréal ne semble pas être un frein à la hausse des ventes de véhicules et à l’augmentation de la part des camions dans les choix des consommateurs. C’est pour cette raison que Ford mise sur les gros véhicules. Parce que vous êtes là, vous êtes au rendez-vous, vous achetez toujours plus de ces véhicules.

Si le prix du litre d’essence ordinaire était à plus de 2 $ comme en France par exemple, peut-être que les gens feraient un autre calcul, se tourneraient vers des véhicules qui consomment moins d’essence, qui sont plus petits, qui sont électriques ou hybrides.

Est-ce une solution? Est-ce une solution qu’on souhaite adopter?

Déjà, la tarification du carbone au Canada se traduit par des hausses de quelques cents du prix de l’essence. Au Québec, le marché du carbone doit entraîner, selon le gouvernement, une hausse de 6 à 8 cents sur le prix du litre d’essence en 2023, de 14 à 22 cents en 2030. En Colombie-Britannique, à 45 $ la tonne de carbone en 2020, le prix de l’essence sera majorité de 6 à 10 cents selon les estimations.

Est-ce suffisant?

Si votre essence coûte 1,50 $ ou 1,60 $, allez-vous revoir vos choix de véhicules? Qu’est-ce qui pourrait modifier le comportement des Canadiens pour réduire leur consommation énergétique?

Protection des écosystèmes

Économie