•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Ouellet confirme que les liens sont rompus avec Mario Beaulieu

Martine Ouellet, chef du Bloc québécois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, admet que les ponts sont coupés avec son ancien allié, le député et président du parti Mario Beaulieu, à la veille du conseil général du Bloc qui se tiendra dimanche à Drummondville.

« J’aurais souhaité, encore cette semaine, pouvoir discuter avec Mario [Beaulieu], a-t-elle admis vendredi en entrevue à Radio-Canada. Il n’y a pas eu de suite à mes demandes. »

Je [vis] beaucoup de tristesse et de déception, parce qu’on a beaucoup travaillé ensemble. Mario, c’est un ami, et de voir que ces choses-là se produisent, ce n’est pas facile à vivre.

Martine Ouellet, chef du Bloc québécois

Le mois dernier, Mario Beaulieu avait demandé à Martine Ouellet de quitter la chefferie après que sept députés démissionnaires eurent exigé son départ.

Ils estiment que le leadership, les orientations et la vision de la chef, centrés uniquement sur l'indépendance, ne servent pas les intérêts du Québec.

Depuis, le président du parti a refusé d’être vu aux côtés de Martine Ouellet.

Mais Martine Ouellet soutient ne pas être « du tout d’accord » avec les informations selon lesquelles Mario Beaulieu serait à la tête de la fronde menée contre elle.

« Je pense qu’il faudrait faire attention où ces informations ont été vérifiées, dit-elle. Il faut faire attention au "spin". »

À un cheveu de couper les ponts

Gilles Duceppe sur le plateau de télévision du TéléjournalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe

Photo : Radio-Canada

Les sept députés dissidents étaient par ailleurs prêts à couper définitivement les ponts avec le Bloc québécois la semaine dernière, mais ils se sont fait convaincre in extremis par Gilles Duceppe d'attendre avant d'en faire l'annonce publiquement, selon ce qu'a appris La Presse canadienne.

L'ex-chef du Bloc québécois les aurait persuadés d'attendre de connaître l'issue du conseil général de Drummondville, dimanche, selon des sources proches du parti.

Une quarantaine d'associations de circonscriptions bloquistes exigeront la tenue d'un vote de confiance hâtif avec l'appui du député et président du parti Mario Beaulieu.

Leur objectif est de tourner la page le plus rapidement possible sur la crise qui secoue le Bloc québécois pour pouvoir ensuite rallier les sept députés dissidents.

Sept des dix députés du Bloc québécois avaient claqué la porte à la fin du mois de février parce qu'ils n'arrivaient plus à s'entendre avec leur chef. Une crise causée par un problème de leadership, selon les dissidents et les 42 associations de circonscription.

La porte n'est pas fermée

Gabriel Ste-Marie (au micro) en compagnie des six autres députés bloquistes démissionnaires. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gabriel Ste-Marie n'a pas mâché ses mots lorsqu'il s'est adressé à la presse avec six de ses collègues mercredi après-midi.

Photo : Radio-Canada

Trois de ces dissidents questionnés à la sortie de la période des questions, vendredi, ne fermaient pas complètement la porte à un retour au Bloc québécois advenant le départ de Martine Ouellet.

« Je veux certainement que l'idée du Bloc survive, a souhaité Gabriel Ste-Marie. On a besoin d'avoir une voix ici. »

Faudra étudier qu'est-ce qui va se passer. Les sept, on s'est toujours coordonnés et on va continuer à le faire.

La députée du Bloc Monique Pauzé

Le député Michel Boudrias était plus catégorique. « Ce n'est pas un gage assuré de retour en ce qui me concerne », a-t-il dit en précisant qu'il devrait y réfléchir.

Martine Ouellet continue de rejeter la remise en question de son leadership. Elle fait une tout autre lecture des événements qui ont mené à la crise.

Le conflit est dû, à son avis, à deux interprétations différentes de la mission du Bloc québécois, soit comme promoteur de l'indépendance ou plutôt comme défenseur des intérêts du Québec sur la scène fédérale.

Le vote de confiance à l’ordre du jour

La proposition principale qui sera mise de l’avant par la direction du parti dimanche est intitulée Pour faire du Québec une république, un programme politique visant à promouvoir l'indépendance du Québec et à préparer les suites d'un éventuel référendum gagnant.

La proposition va permettre de présenter comment on va intégrer tous les pouvoirs fédéraux canadiens dans la république du Québec. C’est la première fois que ça se fait dans un parti indépendantiste.

Martine Ouellet, chef du Bloc québécois

Mais l’opposition à Martine Ouellet a déjà indiqué vouloir changer l’ordre du jour et exiger que la tenue d’un vote de confiance envers la chef, prévue les 1er et 2 juin, ait lieu plus rapidement.

Ils espèrent ainsi que la crise au Bloc québécois pourra se régler sous peu et que les sept députés démissionnaires pourront retourner au caucus.

Cet exercice ne pourra toutefois pas se dérouler en fin de semaine, soutient Martine Ouellet, « parce que le conseil général n’a pas les mandats de tenir des votes de confiance ».

Les représentants des 40 circonscriptions devraient être majoritaires lors du conseil général. Le Bloc québécois compte des associations dans 67 circonscriptions, sur les 78 au Québec.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique