•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La circulation de transit interdite sur le mont Royal dès le 2 juin

Des véhicules et un cycliste circulent sur la voie Camillien-Houde.
Les automobilistes qui utilisaient cette route comme voie de transit ne pourront plus l'emprunter. Photo: Radio-Canada / Charles Contant
Radio-Canada

Dès le 2 juin, les automobilistes ne pourront plus traverser le mont Royal d'est en ouest. Comme prévu, l'administration de Valérie Plante a décidé de restreindre la circulation des véhicules en mettant en place un projet pilote qui sera accompagné d'une consultation publique.

Un texte de Romain Schué

Ce projet pilote sera en vigueur jusqu'au 31 octobre, a indiqué vendredi la Ville de Montréal, qui a dévoilé les détails de son plan.

Durant cette période, la circulation de transit sera interdite pour les véhicules personnels.

En revanche, les pompiers, policiers, ambulanciers, autobus scolaires et touristiques, ainsi que les vélos pourront emprunter la voie Camillien-Houde, ainsi que le chemin Remembrance.

Le plan de circulation sur le mont Royal pour la durée du projet piloteLe plan de circulation sur le mont Royal pour la durée du projet pilote Photo : Ville de Montréal

Les automobilistes qui souhaiteront accéder au sommet du mont Royal afin de se rendre au lac aux Castors ou encore aux belvédères pourront continuer de le faire. Ils devront néanmoins s'arrêter aux stationnements prévus à cet effet et ne pourront plus passer de l'autre côté de la montagne.

Concrètement, un tronçon de 550 mètres, situé entre les stationnements de la maison Smith et ceux du lac aux Castors, sera fermé aux véhicules particuliers.

Une nouvelle signalisation sera également mise en place, avec du marquage au sol, a indiqué la Ville de Montréal.

Assurant que 80 % des déplacements sur le mont Royal, créé en 1876 par Frederick Law Olmsted, servent actuellement de « raccourci », la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué vouloir un « retour aux sources » pour « ce lieu qui permet de s'évader ».

Il n'y aura pas d'hésitation sous notre administration. À partir de maintenant, il y aura plus d'espaces verts, plus d'espaces protégés, plus d'investissements pour le mont Royal, mais aussi partout à travers la ville.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Présence policière

Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et des agents de sécurité seront quant à eux chargés de veiller au respect de cette règlementation.

Selon la mairesse Plante, ils seronts présents sur place afin de voir si les automobilistes respectent la signalisation. « Si on se fait prendre, ça va être un ticket ordinaire », a-t-elle déclaré, précisant qu'en fonction de l'achalandage, le nombre de policiers pourra varier.

Des aménagements temporaires

Au cours de l'été prochain, la Ville compte mettre en place différents aménagements afin que les Montréalais puissent « se réapproprier » le mont Royal, a annoncé Valérie Plante.

Des aires de repos seront notamment installées à proximité des arrêts de bus et un café suspendu verra le jour au belvédère Camillien-Houde.

Carte avec des aménagements temporairesLes aménagements temporaires prévus sur le mont Royal Photo : Ville de Montréal

La mise en place de ce projet pilote fait suite à plusieurs événements survenus ces dernières années. Début octobre, un jeune cycliste de 18 ans est décédé après avoir été fauché par une voiture qui réalisait un demi-tour interdit sur la voie Camillien-Houde.

Quelques jours plus tard, l'ancien maire Denis Coderre avait promis de sécuriser cette route, sans pour autant envisager une fermeture à la circulation automobile.

Responsable des grands parcs, Luc Ferrandez avait quant à lui annoncé, début février, la volonté de l'administration de Valérie Plante de mettre fin à cette circulation de transit.

Cette décision a par ailleurs reçu l'appui de la Direction régionale de santé publique. Dans une lettre envoyée à Valérie Plante, qui a été communiquée aux médias, elle souligne que ce « projet s'inscrit dans une volonté claire de créer des environnements favorables à la santé et à la sécurité » des citoyens.

Elle ajoute que la circulation automobile a été permise dans ce parc en 1937, à une époque durant laquelle « l'automobile était en plein essor. »

Une consultation avec l'OCPM

Une consultation publique sera organisée durant ce projet pilote par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Elle a pour objectif de permettre, selon cet organisme indépendant, une « réflexion citoyenne sur l’avenir de l’aménagement des chemins d’accès au parc du Mont-Royal et une évaluation du point de vue des citoyens du projet pilote de la Ville visant le retrait de la circulation de transit pour les véhicules particuliers sur les voies Camillien-Houde et Remembrance ».

Différentes activités seront menées. Un questionnaire en ligne (Nouvelle fenêtre) sera mis en place début mai.

Des « ateliers créatifs en petits groupes, sur la montagne et dans les arrondissements limitrophes », vont également voir le jour, dès juin, a indiqué l’OCPM.

Le 8 novembre, la Ville fera un premier bilan de ce projet pilote et l’OCPM compte « présenter une première synthèse de la réflexion citoyenne ».

Deux séances d’information auront lieu pour présenter ce projet pilote :

  • Le 10 mai à 19 h à l’Hôtel Bonaventure
  • Le 15 mai à 19 h, dans le sous-sol de l’église Notre-Dame-des-Neige

Grand Montréal

Politique municipale