•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

IOC revoit à la baisse le nombre de travailleurs qui seront mis à pied à Sept-Îles

La pancarte indiquant l'entrée du site de la mine d'IOC
Quelque 300 employés travaillent dans les installations d'IOC à Sept-Îles. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau
Radio-Canada

Le nombre d'employés d'IOC à Sept-Îles qui seront mis en arrêt de travail temporaire le 14 mai a été revu à la baisse. Au lieu des 195 mises à pied annoncées vendredi dernier, ce chiffre est révisé à 117.

Un texte d'Émile Duchesne

La porte-parole d'IOC, Claudine Gagnon, affirme que la compagnie a revu à la hausse la quantité de travail d'entretien à faire dans ses installations.

Ce sera 117 personnes, c'est que l'on a revu ce que l'on avait à faire comme travaux d'entretien, opérations et tout cela. C'est ce qui fait que l'on a revu les chiffres.

Claudine Gagnon, porte-parole d'IOC

La compagnie minière avait annoncé la mise à pied dans ses installations de Sept-Îles en raison de la grève des travailleurs d'IOC à Labrador City.

Audits sur les services essentiels

La minière IOC et le Syndicat des métallos ont été convoqués devant le Conseil canadien des relations industrielles, les 5 et 6 juin, pour des audiences concernant les services essentiels offerts par les employés de Sept-Îles en cas de conflit de travail.

Le Syndicat des métallos affirme que les négociations sont au point mort depuis que les syndiqués de Sept-Îles ont rejeté massivement l'entente de principe le 19 avril dernier. Les employés d'IOC au Labrador, eux, sont en grève depuis le 27 mars.

Avec les informations de François Robert et de William Phénix

Côte-Nord

Relations de travail