•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les meneuses de claque, au-delà des préjugés

    Jeune femme munie de pompons qui danse dans un stade.
    La meneuse de claque des Alouettes de Montréal Mélanie Boudreau, en 1998 Photo: Radio-Canada

    Qu'on les appelle « pom-pom girls », « cheerleaders » ou « meneuses de claque », ces athlètes font activement partie de la culture sportive nord-américaine. Qu'elles encouragent une équipe de football ou qu'elles participent à des compétitions, leurs prouesses acrobatiques impressionnent les foules. Portrait d'une discipline en constante évolution qui fait l'objet d'une série documentaire diffusée sur ICI ARTV.

    L'activité est d'abord pratiquée par les garçons, mais les femmes commencent à s’y consacrer dans les années 1920. C’est dans les années 1960 que naissent les premières troupes de meneuses de claque au sein d’équipes professionnelles de la NFL.

    Munies de pompons aux couleurs de leur équipe, les meneuses de claque s’offrent en spectacle lors des matchs de football.

    Une discipline exigeante

    À l’émission Franc jeu du 24 octobre 1998, Guy D’Aoust part à la rencontre des meneuses de claque des Alouettes de Montréal. Ces athlètes partagent une même passion : la danse.

    Le journaliste sportif fait le portrait du travail exigeant des meneuses de claque. Ces jeunes femmes s’entraînent en équipe deux fois par semaine pour deux heures chaque fois. La plupart d’entre elles s’entraînent aussi dans leur temps libre.

    Très actives pendant les matchs des Alouettes, elles participent aussi à des activités promotionnelles. Le tout pour un minuscule salaire. En comptant toutes leurs activités, leur revenu équivaut à environ 3 $ l’heure.

    Elles doivent aussi combattre les stéréotypes associés à leur sport.

    Les préjugés ont parfois la vie dure, mais les meneuses de claque ont la tête aussi dure. Dans leur esprit, féminité et féminisme sont loin d’être indissociables.

    Le journaliste sportif Guy D’Aoust

    Au-delà des apparences

    En 2009, la chroniqueuse de La fosse aux lionnes Guylaine Guay rend visite aux meneuses de claque des Alouettes lors d’un entraînement. Avec humour et déguisée, elle participe à la routine d’étirements et aux chorégraphies.

    Elle questionne les membres de l’équipe sur les qualités dont elles doivent faire preuve. « Avoir de l’expérience en danse », « être passionnée, faire ce qu’on aime », « avoir une belle personnalité », « être dynamique, souriante, aimer le contact avec les gens », font partie des commentaires.

    L’entraîneuse explique qu’aucun critère physique n’est exigé. « Tout ce qu’on veut, ce sont des filles qui sont en forme parce qu’un match, c’est 3 h 30 d’aérobie. »

    Meneurs de claque au masculin

    Cette année, l'équipe des Alouettes de Montréal comprendra des hommes. Une première en 23 ans! Même si ce sport de haute voltige attire majoritairement les femmes, de plus en plus de jeunes hommes intègrent des équipes.

    Au Téléjournal Saguenay du 15 novembre 2013, la journaliste Mélissa Savoie-Soulières rencontre les athlètes masculins de l’équipe de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

    Selon les meneuses et les meneurs de claque interrogés, la présence d’hommes apporte son lot d’avantages. Mis à part leur force physique, ils contribuent à la motivation du groupe.

    Reste que pour les femmes comme pour les hommes, cette discipline est exigeante pour le corps.

    C’est vraiment une belle activité, c’est loin d’être facile. On a besoin d’un maximum de force.

    Meneur de claque de l'équipe de l’UQAC

    Depuis le début des années 2000, les compétitions de meneuses de claque gagnent en popularité, tant aux États-Unis qu’au Canada. La Fédération de cheerleading du Québec a vu le jour à cette époque sous le nom d’Association des cheerleaders du Québec (ACQ).

    La série documentaire Cheerleading, diffusée sur ICI ARTV les mardis à 19 h dès le 12 juin, pose un regard privilégié sur ce sport en pleine ascension.

    La série est aussi disponible en ligne sur ICI TOU.TV (Nouvelle fenêtre).

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports