•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vaccin contre la maladie de Lyme pour le chien, mais pas pour l’humain

Une tique gorgée de sang
Une tique infectée transmet la bactérie en piquant sa victime. Photo: iStock
Daniel Blanchette Pelletier

Votre animal de compagnie peut être immunisé contre la maladie de Lyme, mais pas vous. Pourtant, le vaccin administré aux chiens avait d'abord et avant tout été développé pour l'humain. Explications.

La maladie de Lyme est de plus en plus présente au Canada. Elle se transmet par une tique porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi, qu’elle contracte en piquant une souris infectée.

Les infections chez l’humain se multiplient et sont accompagnées de graves problèmes cardiaques et neurologiques, notamment. Raison de plus de vouloir s'immuniser contre la maladie.

Un vaccin développé pour l’humain, Lymerix, a cependant été retiré du marché il y a plus de 15 ans, parce qu’on craignait qu’il ne fasse plus de tort que de bien aux sujets vaccinés.

« L’idée du vaccin est de donner le virus sous une forme morte ou affaiblie, pour que le corps le reconnaisse et crée des anticorps », explique l’expert en maladies tropicales du Centre universitaire de santé McGill, Michael Libman.

C’est la présence d’anticorps qui vous protège. Or, avec la maladie de Lyme, certains symptômes sont dus à une réaction immunitaire du corps plutôt qu’à la bactérie transmise par la tique infectée, précise le chercheur. « On avait peur que le vaccin produise un peu le même effet », ajoute M. Libman.

Pourtant, rappelle-t-il, toutes les études cliniques chez l’humain ont prouvé l’efficacité du vaccin contre la maladie de Lyme, sans provoquer d'effets secondaires.

En absorbant le sang humain, la tique ingérait du même coup un anticorps qui tuait la bactérie avant sa transmission.

Fin abrupte du vaccin

La crainte d'effets secondaires, combinée au mouvement antivaccinal, a cependant eu raison de Lymerix.

Le vaccin n’a pas trouvé d’acheteur et la compagnie en a cessé la production. Une autre entreprise pharmaceutique qui développait son propre vaccin à la même époque a elle aussi abandonné son projet.

À ma connaissance, il n’y a pas d’autres vaccins qu’on a retirés du marché, parce qu’on n’était pas capable de vendre le produit à cause de la mauvaise publicité.

Michael Libman, Centre universitaire de santé McGill

Malgré la recrudescence de la maladie de Lyme, les entreprises pharmaceutiques, échaudées par cette mauvaise expérience, hésitent encore à réinvestir dans la recherche. C’est la raison principale pour expliquer qu'aucun vaccin n’est encore disponible pour l’humain, selon Michael Libman.

L’entrevue avec Michael Libman a été diffusée à l’émission Les années lumière sur ICI Radio-Canada Première.

Encore de l’espoir?

Une piqûre de tique.Une rougeur sur la peau, à l’endroit de la piqûre, apparaît dans 60 % à 80 % des cas d’infection. Elle s’étend rapidement, notamment en forme d’anneau ou de cible. Photo : iStock

L'entreprise pharmaceutique Valneva a récemment annoncé le succès d’un essai clinique de phase 1 en vue d’un nouveau vaccin contre la maladie.

Michael Libman modère cependant l’enthousiasme généré par cette nouvelle. « En phase 1, c’est trop tôt pour savoir ce que ça peut donner dans l’avenir. On sait seulement que ce n’est ni toxique ni dangereux », soutient-il. L’efficacité du vaccin reste donc encore à établir.

Avril marque le début de l’activité des tiques. La prudence est donc de mise en promenant votre chien, surtout si celui-ci est plus protégé que vous.

Avec les informations de Marie-Pier Élie de l’émission Les années lumière

Recherche médicale

Science