•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les demandeurs d'asile occupent 40 % des places dans les refuges à Toronto

Le directeur des services municipaux d'hébergement, Paul Raftis Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'arrivée d'un grand nombre de demandeurs d'asile dans la métropole exerce des pressions énormes sur des services d'hébergement qui sont déjà à plein rendement.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le nombre de demandeurs d'asile dans les refuges d'urgence de la Ville de Toronto est passé de 459 à 2351 en moins de deux ans.

Mais ce qui inquiète le directeur des services d'hébergement, Paul Raftis, c'est l'augmentation soudaine des arrivées en provenance de Montréal.

Cette augmentation est directement liée à l'annonce du gouvernement du Québec il y a quelques semaines.

Paul Raftis, directeur des services d'hébergement

Le ministre québécois de l'Immigration a annoncé récemment que la province n'accepterait plus les nouveaux demandeurs d'asile dans ses refuges.

Aide urgente

Paul Raftis ajoute que la Ville aura de plus en plus de difficulté à gérer cette crise par elle-même compte tenu de la situation déjà précaire des refuges à Toronto et de l'augmentation des demandeurs d'asile.

Toronto veut continuer à accueillir les réfugiés, dit le maire John Tory, mais nous avons atteint nos limites.

Le fédéral doit intervenir. Le statu quo n'est plus acceptable.

John Tory, maire de Toronto

Le maire réclame notamment que les gouvernements fédéral et provincial coordonnent leurs efforts pour diriger les demandeurs d'asile à l'extérieur de Toronto, dans les régions avoisinantes.

Il veut être remboursé pour tous les frais additionnels encourus par la Ville pour répondre aux besoins des demandeurs d'asile.

Le maire demande aussi au fédéral d'aviser les municipalités à l'extérieur du Québec du nombre de demandeurs d'asile qui arriveront sur leur territoire.

Réponse provinciale

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, dit que son gouvernement continuera à travailler avec la Ville de Toronto.

Nous cherchons des édifices provinciaux qui pourraient servir de refuge.

Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario

Mme Wynne souligne que l'aide fédérale est un élément important dans la gestion de cette crise.

Nouveaux arrivants

Société