•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Gaspésie, pénurie de main-d’œuvre n’égale pas forcément prospérité économique

Des soudeurs dans un atelier de montage.
Les soudeurs sont très en demande dans plusieurs régions du Québec, notamment en Gaspésie. Photo: Radio-Canada / You Tube/ Compétence Québec
Radio-Canada

« Ce n'est pas parce qu'on vit une pénurie de main-d'œuvre qu'on doit cesser de faire du développement dans les régions », affirme la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian.

Un texte de Brigitte Dubé, d'après une entrevue réalisée par Maude Rivard

« Ça devient très facile, parce qu’on est dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, de perdre le focus et de permettre à des emplois de s’en aller vers les grands centres », s'inquiète la préfète.

Nadia Minassian s’exprime aussi en tant que présidente de la Table de concertation sur le développement local et régional à la Fédération québécoise des municipalités (FQM).

Selon une note économique publiée par la FQM, il s’est créé plus de 265 000 emplois au Québec depuis 2012 en milieu urbain, mais les petits centres de population et les régions rurales en ont vu disparaître 48 300, soit une diminution de 43,6 %.

Le gouvernement se réjouit de constater que l’économie du Québec va mieux que depuis longtemps. Mais, dans les régions, on réalise qu’il y a quand même eu une grande perte d’emplois. Comme on vit une pénurie de main-d’œuvre, c’est moins apparent.

Nadia Minassian, préfète de la MRC du Rocher-Percé

La FQM souhaite utiliser ce contexte économique favorable pour réaliser une réelle initiative de développement régional. « Non seulement il faut garder nos emplois, mais les combler en attirant des gens dans la région et il nous faut être outillés pour le faire », réclame la préfète.

Lapréfète de la MRC Rocher-Percé, Nadia MinassianLa préfète de la MRC Rocher-Percé, Nadia Minassian Photo : Radio-Canada

Évidemment, insiste Mme Minassian, il faut miser sur l’immigration. « Mais la population immigrante ne se dirige pas pas nécessairement vers les régions, dit-elle. Il nous faut être outillés pour l'accueillir. »

Elle ajoute qu’il faut créer des emplois structurants pour attirer les immigrants, mais aussi attirer et retenir les jeunes. »

« Des sommes sont consenties en vertu du Fonds d’aide au rayonnement des régions (FARR) par exemple ou des pôles d’innovation, rappelle Nadia Minassian, mais on n’a plus la structure pour accueillir cet argent-là. »

La reconnaissance des compétences des MRC dans le développement local et régional, tel que prévu par la loi 122, doit donc se concrétiser. « On demande les outils et les sommes d’argent qui vont avec », souligne-t-elle.

Des pêcheurs de crabeLe besoin de main-d'oeuvre se fait sentir dans le domaine des pêches comme ailleurs. Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Mme Minassian mentionne que cette forme de gouvernement de proximité est encore en développement entre Québec et les MRC.

Danc ce contexte, la FQM a l’intention de se faire entendre lors de la prochaine campagne électorale. Elle lance une plateforme sur le développement territorial en vue des élections au Québec.

La FQM demande, entre autres, au gouvernement de cesser le transfert et la concentration des bureaux et des centres de décision gouvernementaux vers les grands centres urbains.

Le projet comporte cinq axes d’intervention et a comme priorité le soutien au virage numérique, le rôle de l’État en région. Il identifie aussi des secteurs de développement à grand potentiel.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Emploi