•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de filet international contre des cyberpirates

Des mains sur un clavier d'ordinateur
L'opération policière a permis de fermer le site webstresser.org. Photo: La Presse canadienne / Jonathan Hayward
La Presse canadienne

La Gendarmerie royale du Canada a exécuté un mandat de perquisition à Toronto dans le cadre d'une opération policière internationale qui a permis aux enquêteurs de neutraliser un site web identifié comme la plus importante source mondiale d'attaques par saturation.

Lors d'une attaque par saturation [Distributed Denial of Service (DDOS), en anglais], les pirates tentent de paralyser un site Internet en le bombardant de demandes.

L'enquête dirigée par des experts néerlandais et britanniques en collaboration avec l'agence policière Europol et la GRC a mené à des arrestations à travers le monde, notamment au Canada, et à la fermeture du site webstresser.org, a indiqué Europol.

Par voie de communiqué, la GRC a indiqué, mercredi, que l'enquête au Canada a débuté en novembre 2017 à la suite d'une demande de collaboration du Royaume-Uni pour rassembler des preuves.

Les enquêteurs britanniques avaient découvert un possible lien au Canada avec le site webstresser.org.

Toujours selon la GRC, le mandat de perquisition aurait été exécuté mardi à Toronto. Les policiers n'ont pas donné suite aux demandes de La Presse canadienne afin d'obtenir plus de détails sur le mandat et les possibles arrestations effectuées au Canada.

Europol a révélé que webstresser.org comptait quelque 136 000 utilisateurs inscrits et qu'il serait responsable de quatre millions d'attaques contre des banques, des gouvernements, des forces policières et l'industrie du jeu.

Toronto

Cybersécurité