•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revente immobilière à Ottawa : les guerres des enchères s'intensifient

Une petite maison avec des portes bleues.

Cette maison située dans la Petite Italie à Ottawa s'est vendue 845 000 $ en avril, soit 195 000 $ de plus que le prix demandé par le propriétaire.

Photo : Radio-Canada / Elyse Skura

CBC

Les maisons dans les quartiers les plus courus d'Ottawa se vendent à des prix records alors que les acheteurs se font concurrence dans un marché en proie à une pénurie au niveau du marché de la revente.

Cette pénurie, combinée à une demande croissante et à un virage parmi les agents immobiliers vers une stratégie de vente plus agressive, crée des conditions idéales pour mener des guerres d'enchères comme celles que la capitale connait en ce moment, un phénomène nouveau.

La semaine dernière, une maison en rangée près de Strandherd Drive et de Fallowfield Road à Barrhaven, d'une valeur de 310 000 $, a attiré 33 offres. La maison de banlieue a fini par se vendre plus de 50 000 $ au-dessus de la demande initiale.

Les guerres d'enchères sont encore plus intenses dans le noyau urbain de la ville.

Plus tôt en avril, une maison de quatre chambres à coucher dans la Petite Italie qui avait un prix de départ à 649 900 $ s'est vendue 195 000 $ au-dessus du prix demandé.

La propriété a attiré neuf offres, dont certaines de développeurs, car il est probable que la maison soit démolie et remplacée par plusieurs unités de condominium.

Toutes les ventes récentes n'impliquent pas des offres aussi élevées que celle de la Petite Italie, mais les agents immobiliers disent que les offres bien supérieures à la demande sont de plus en plus fréquentes dans les quartiers urbains, en particulier pour les grands terrains qui peuvent être subdivisés.

Une flambée des prix à Westboro

Les chiffres fournis par la Chambre immobilière d'Ottawa pour le mois de mars montrent que le prix de vente moyen des propriétés résidentielles a grimpé de 8 % par rapport au même mois l'année dernière.

Dans certains quartiers, le pic a été vertigineux.

Les agents immobiliers qui se spécialisent dans les quartiers urbains tels que Westboro disent qu'ils ont vu les prix de vente monter en flèche de plus de 50 %.

Au cours de la même période, le nombre de maisons à vendre à travers la ville a plongé.

Le stock de logements en mars était inférieur de 23 % à ce qu'il était un an plus tôt.

« Si vous êtes un acheteur sur le marché en ce moment, c'est difficile », a déclaré Ralph Shaw, directeur de la Chambre immobilière d'Ottawa.

Il a ajouté qu'Ottawa et Montréal avaient dominé le marché des ventes de maisons au pays en mars, même si l'offre était faible.

Les stocks n'ont pas la chance d’augmenter parce que nous vendons les maisons dès qu'elles arrivent sur le marché.

Une citation de Ralph Shaw, directeur de la Chambre immobilière d'Ottawa

En moyenne, les propriétés se vendent 11 jours plus rapidement que l'année dernière.

Les propriétés dans les secteurs de Barrhaven, Kanata et Orléans, se vendent généralement entre 300 000 $ et 500 000 $.

Nouvelle situation

Alors que les acheteurs font face à un choix limité, ils doivent également se battre contre un nombre croissant de concurrents.

Le secteur des hautes technologies est en plein essor, des emplois stables au sein du gouvernement fédéral et un faible taux d'inoccupation des logements locatifs font en sorte que plus de gens veulent acheter une maison à Ottawa, ajoute M. Shaw.

L'effet Toronto

Josh Gordon, professeur adjoint à l'Université Simon Fraser, qui étudie les marchés immobiliers au Canada, a déclaré que l'immobilier très coûteux du côté de Toronto pourrait avoir des répercussions dans la capitale nationale.

« Il se peut qu’il y ait des gens qui partent de Toronto pour venir s’établir à Ottawa, ou que vous ayez des gens qui vendent leur maison pour sortir de Toronto et qui déménagent à Ottawa », a décrit M. Gordon.

Enchères à l'aveugle

Cette pénurie d’offres immobilières réunit les conditions gagnantes pour les vendeurs, maximisée par les agents immobiliers grâce au nouveau phénomène que l'on appelle les « nuits des offres ».

La stratégie consiste à organiser une journée portes ouvertes, puis à inviter les acheteurs intéressés à présenter leurs offres, l'une après l'autre, le tout dans un délai inférieur à une semaine.

L'agent immobilier d'Engel & Völkers, John King, a expliqué que la stratégie d'enchères à l’aveugle peut aider à faire monter les prix, car les acheteurs sont impatients de surenchérir les uns sur les autres.

Lindsay Wild s'est retrouvée dans une telle situation lors d'une récente journée portes ouvertes à McKellar Park.

Mme Wild était l'une des quelque 40 acheteurs intéressés par une maison construite dans les années  1940 à quelques pas de l'école de ses enfants.

Marché de vendeurs

La maison de deux chambres avec une salle de bain et un sous-sol inachevé a été inscrite pour 699 900 $. Mme Wild avait déjà perdu une guerre d'enchères à l’aveugle et ne savait pas si elle pouvait se permettre une nouvelle bataille.

Mme Wild a finalement décidé de ne pas déposer d’offre sur la maison, tandis que les promoteurs se sont désintéressés parce que le lot ne pouvait être subdivisé.

Une dame dans son salon.

Trois familles ont fait des offres à Joan Anne Thraves, la propriétaire qui a vécu dans la maison pendant 35 ans.

Photo : Radio-Canada / Judy Trinh

Mais trois familles ont fait des offres à la propriétaire qui a vécu dans la maison pendant 35 ans.

Deux acheteurs locaux ont fait appel aux émotions de la propriétaire de 75 ans, Joan Anne Thraves, en envoyant des lettres personnelles et leurs photos de mariage.

Finalement, Mme Thraves a choisi l'offre la plus élevée, qui était de 35 000 $ au-dessus du prix demandé.

L'offre gagnante a été soumise par un couple de Toronto avec de jeunes enfants.

Ils ont acheté la maison sans même y mettre le pied.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Ottawa-Gatineau

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ottawa-Gatineau.