•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christian Provencher fait le point sur les projets de développement d'Agnico Eagle devant la CCIRN

Un homme s'adresse à la foule derrière un lutrin.
Christian Provencher devant la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda Photo: Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Les Mines Agnico Eagles poursuivent leur expansion avec huit mines situées au Canada, en Finlande et au Mexique.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Le vice-président des opérations Canada des Mines Agnico Eagle, Christian Provencher, s'est adressé à une centaine de membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN), mercredi midi, pour parler des projets de développement de l'entreprise.

Plus de 9000 travailleurs œuvrent pour Agnico Eagle, dont près de 2000 en Abitibi.

L'entreprise est un moteur important de l'économie régionale, avec une masse salariale de 204 millions de dollars en Abitibi-Témiscamingue et des achats en bien et services d'un demi-milliard de dollars dans la région annuellement.

Christian Provencher affirme que plusieurs efforts seront déployés en 2018 pour développer deux projets au Nunavut. « Des investissements de plus d'un milliard de dollars américains sont en cours de construction, donc l'emphase cette année est vraiment de terminer la construction de ces deux projets-là. On parle de la mine Meliadine et du projet Amaruq, au Nunavut, qui ont des bases opérationnelles ici dans la région », ajoute-t-il.

De longs délais

Agnico Eagle doit cependant composer avec de longs délais pour l'obtention des permis nécessaires pour l'exploitation d'une mine. « Aujourd'hui, c'est beaucoup plus difficile le délai pour obtenir un permis. Déjà, on parlait de deux à quatre ans, aujourd'hui on parle d'une période de quatre à huit ans, donc ça prend une planification à très long terme pour être capable de maintenir nos opérations partout sur le territoire du Québec », avance Christian Provencher.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger, sourit devant une oeuvre d'art.Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Le président de la CCIRN, Jean-Claude Loranger, estime qu'Agnico Eagle est devenue un modèle.

« C'est une de nos grandes minières. On a beaucoup de personnes qui sont des décideurs d'Agnico Eagle qui sont des gens issus de la région, donc au départ on a un petit attachement à Agnico Eagle. C'est une minière également qui s'implique dans le milieu, les travailleurs sont fiers de travailler pour cette minière-là », déclare Jean-Claude Loranger, président de la CCIRN.

Pour moi, c'est un peu un modèle d'une minière à suivre.

Jean-Claude Loranger, président de la CCIRN

Agnico Eagle mise aussi sur l'innovation et l'automatisation de ses opérations afin de développer des mines encore plus profondes qu'actuellement.

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais