•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Espanola renonce à sa police locale et fera appel à la PPO

Enseigne du service de police d’Espanola.
Le conseil municipal de la Ville d'Espanola a décidé mardi de remplacer sa police locale par la Police provinciale de l'Ontario (PPO). Photo: espanola.ca

Le conseil municipal d'Espanola, dans le Nord-Est ontarien, a choisi à l'unanimité, mardi soir, de renoncer à sa police locale afin de faire l'économie de 5 millions de dollars sur dix ans.

La police locale de la ville de 5000 habitants, à l’ouest du Grand Sudbury, sera remplacée par des officiers de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

En février, le conseil municipal avait rejeté l'idée d'organiser un référendum pour prendre cette décision.

Le conseiller municipal Ron Duplessis reconnaît que la mesure n’a pas reçu l’adhésion de tous les résidents, mais il affirme qu’elle aura des répercussions positives dans les prochaines années.

« Je sais qu’on nous a demandé si ça allait entraîner une baisse des impôts locaux. C’est peu probable, admet-il, mais ces économies pourraient indirectement permettre de ne pas augmenter la facture des résidents. »

[Cette décision] va revenir nous hanter.

Jim Bailey, un résident d’Espanola

Lors de l’ouverture de la rencontre du conseil municipal, plusieurs résidents ont fait part de leur opposition au projet, alléguant que la dissolution de la police locale allait engendrer la perte d’emplois et l’augmentation des coûts des services de police.

La date de ce changement n’est pas encore connue.

Espanola rejoint la liste de villes du nord de la province qui ont décidé d’abandonner leur police locale au profit de la PPO dans les dernières années.

Forces de l'ordre

Société